Google+ Badge

mercredi 17 mai 2017

LES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES ET LA RECONSTRUCTION DE LA DROITE NATIONALE !

L’alliance de Jean-Marie Le Pen pour les législatives: «reconstruction de la droite»

© REUTERS/ Philippe Wojazer
France
URL courte
2326712312

Faire face au FN ou reconstruire «la famille de la droite nationale», Carl Lang, Président du Parti de la France (PdF) commente pour Sputnik la décision de Jean-Marie Le Pen de créer une alliance et de présenter jusqu’à 200 candidats aux législatives.

 «Il s’agit pour nous de faire entendre de nouveau la droite nationale française», affirme M. Lang.

 

 

La création de la nouvelle alliance politique Union des patriotes suggérée par l'ancien dirigeant du FN Jean-Marie Le Pen est une nécessité pour redresser la droite nationale française, selon Carl Lang, Président du Parti de la France (PdF).


« Nous voulions faire entendre la voix de la droite nationale sur les valeurs de l'identité française. 

Cela se concrétise par la création d'un partenariat électoral entre le Parti de la France (PdF) que je préside, les Comités Jeanne sous la présidence de Jean-Marie Le Pen et l'association Civitas, organisation catholique de droite, la première pierre de la reconstruction de la famille de la droite nationale », a-t-il ainsi déclaré à Sputnik.



Il a également précisé qu'avec le parti Souveraineté, identité et libertés (SIEL), ils seront rattachés à une structure administrative politique qui s'appellera l'Union des patriotes. 

Par ailleurs, accusant la dirigeante du FN Marine Le Pen d'avoir mené « la campagne souverainiste de gauche », M. Lang a affirmé qu'il s'agissait pour eux d'un « recentrage » et d'une « normalisation du discours de Madame Le Pen » qui aurait pu « désorienter beaucoup d'électeurs » lors de la présidentielle en démontrant que son niveau politique « n'était pas suffisant » face à Emmanuel Macron.

Toutefois, pour M. Lang, l'alliance n'est pas là pour faire face au Front national, quoi qu'il confirme qu'il y aurait un certain nombre de divergences avec la politique de Marine Le Pen.


« Il aura des oppositions avec le FN, parce que le FN va présenter ses candidats partout, y compris même face à l'allié d'hier, Nicolas Dupont-Aignan. 

Nous serons présents dans un tiers des circonscriptions. Pour une raison simple: nous sommes financièrement limités. 

Les campagnes du Parti de la France se font avec l'argent de nos militants, nos candidats et nos sympathisants.», a-t-il expliqué.

Dans le même temps, le Président du Parti de la France a affirmé que sa politique porterait sur « le thème "Pas d'islamisation chez nous!", le refus de l'islamisation de la société française ».


« C'est la première fois qu'une unité politique s'engage électoralement sur ce thème-là », a-t-il annoncé en rajoutant qu'ils envisageaient de travailler également sur le sujet du « partenariat entre l'Union européenne et la Russie ».


Le 16 mai, le fondateur du FN Jean-Marie Le Pen, accompagné des dirigeants du PdF Carl Lang et de Civitas Alain Escada, ont fait part de leur intention de fonder l'alliance Union des patriotes et de présenter aux législatives, prévues pour le mois de juin, de 150 à 200 candidats, susceptibles de faire face au Front national présidé par Marine Le Pen.


Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. 

 ET AUSSI


Si Marine Le Pen est finalement candidate dans le Pas-de-Calais, elle pourrait trouver face à elle une adversaire issue de l’Union des patriotes, soutenue par son père.   

Ils vont faire concurrence au Front national. Jean-Marie Le Pen, Carl Lang et Alain Escada, présidents respectifs des Comités Jeanne, du Parti de la France (PdF) et du mouvement d’extrême droite catholique Civitas, comptent présenter ensemble 150 à 200 candidats pour les élections législatives. C’est qu’ils annoncent à l’AFP, mardi 16 mai.


L’alliance, qualifiée de « cartel », de « plateforme » ou de « partenariat », vise pour toutes ces petites formations d’extrême droite à obtenir un financement public, possible dès que 50 candidats ont obtenu plus de 1% des suffrages exprimés au premier tour des législatives. Tous ces candidats auront sur leur affiche de campagne le soutien explicite de Jean-Marie Le Pen, cofondateur du FN, dont il est toujours le président d’honneur, malgré son exclusion en 2015.

L’Union des patriotes créée pour l’occasion
Ils se rattacheront administrativement à une structure appelée Union des patriotes, tout comme le Siel, petit parti présidé par le conseiller régional Karim Ouchik. Ce dernier a rompu son alliance avec le Front national au sein du Rassemblement bleu Marine, mais uniquement pour un « accord technique » et non politique, selon lui.

Patrick Hays, ancien frontiste désormais aux Comités Jeanne, sera président de cette Union des patriotes, et Christian Baeckeroot, autre ancien frontiste désormais au PdF, en sera le trésorier. Sur les 150 à 200 candidats, environ 60 viendront des Comités Jeanne, 60 du Parti de la France et environ 25 de Civitas.
 
De son côté, le Siel devrait en présenter 70 à 80. Des candidats royalistes pourraient s’ajouter à l’accord.

Une candidate contre Marine Le Pen ?
L’ancien député européen FN Carl Lang sera candidat pour le Parti de la France dans la 5e circonscription de l’Eure, tandis qu’Alexandre Gabriac, ancien leader du mouvement pétainiste Jeunesses nationalistes, exclu du FN en 2011 après la révélation d’une photo le montrant faire un salut nazi, sera candidat pour Civitas en Isère.

Marie d’Herbais de Thun, une fidèle de Jean-Marie Le Pen, amie d’enfance de Marine Le Pen et ex-compagne de Frédéric Chatillon, sera candidate sous l’étiquette Civitas dans la Sarthe. Enfin, une candidate du Parti de la France soutenue par Jean-Marie Le Pen devrait se présenter à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) et affronter potentiellement Marine Le Pen, si celle-ci confirme sa candidature.


Le mot d’ordre des candidats des Comités Jeanne sera « Immigration : assez ! » et « Pas d’islamisation chez nous ! Défendons nos familles, nos traditions, nos libertés » pour ceux du PdF.


Les candidats issus de Civitas auront pour slogan « Défendons nos familles, nos traditions, nos libertés » et ceux du Siel « La droite des valeurs et des convictions. La France agonise, patriotes, sauvons-la ! ».

France TV Info/AFP





Dans le cadre des élections législatives, Jean-Marie Le Pen, président des Comités Jeanne, Alain Escada, président de Civitas, et Carl Lang, président du Parti de la France, se retrouveront à Calais le 27 mai pour une réunion publique avec leurs candidats du Pas-de-Calais.


La réservation est obligatoire via l’adresse mail indiquée calaiscivitas@protonmail.com


Le prix d’entrée est de 10 euros et comprend l’accès à un buffet.