Google+ Badge

mardi 14 février 2017

PRIMAIRE DE LA DROITE ! UNE BONNE QUESTION ?

Si François Fillon renonce, les électeurs de la primaire seront-ils remboursés ?

Publié par Rédaction le Mardi 14 Février 2017 : 10h55
 
Si François Fillon renonce, les électeurs de la primaire seront-ils remboursés ?
Accablé par les affaires à deux mois de la présidentielle, François Fillon pourrait être poussé vers la sortie.

 Dans ce cas, la question du remboursement des électeurs à la primaire de la droite se pose.

Depuis les révélations du Canard enchaîné il y a trois semaines, François Fillon est dans la tourmente. 

Mais comme il l'a annoncé lors de sa conférence de presse, lundi 6 février, il n'a pas l'intention de renoncer à se présenter à la présidentielle.

En tout, 16 millions d'euros ont été récoltés

Toutefois, devant les problèmes rencontrés sur le terrain pour faire campagne et les sondages donnant François Fillon battu dès le premier tour, des frondeurs à droite réclament un candidat de substitution pour la droite.

A lire aussi VIDEO "Tu ne t’en sortiras pas avant d’avoir payé" : la curieuse messe à laquelle François Fillon a assisté

Dans ce cas-là, quid de l'argent (2 euros) dépensé - aux permier et second tours - par les électeurs de la primaire de la droite en novembre dernier ?
 On parle en tout de 16 millions d'euros amassés grâce aux 4 millions de votant.  

Une pétition a été lancée sur Internet le 2 février à ce sujet, recueillant à ce jour une centaine de signatures.

La quasi totalité des fichiers ont été détruits

Cependant, les personnes réclamant un remboursement risquent d'être déçues. Comme le rapporte RTL, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) exige que les fichiers et les cahiers d'émargement de la primaire soient détruits.

 "Tous, sauf un fichier de 100 000 noms qui a été remis à François Fillon. 


Il s'agit des électeurs qui ont accepté de donner leurs coordonnées pour être ensuite recontactés", précise la radio.
 
 
L'opération de destruction des données a été exécutée en décembre 2016 dans une déchetterie près de Dunkerque, sous l’œil d'un huissier et d'Anne Levade, la présidente de la Haute Autorité de la primaire.

Source:   http://www.planet.fr/polit