Google+ Badge

mercredi 15 février 2017

MALIKA SOREL ET LES BANLIEUES


15 février 2017



Alors que la Seine-Saint-Denis a été l’objet de violentes émeutes urbaines après le viol présumé du jeune Théo, Malika Sorel estime que «depuis 2005, la situation s’est fortement dégradée» car «le niveau de violence a considérablement augmenté».
Ingénieur de l’École polytechnique d’Alger, diplômée de Sciences Po Paris, Malika Sorel est ancien membre du Haut Conseil à l’intégration, institution rattachée au Premier ministre. 
Elle est l’auteur de Décomposition française (éd. Fayard, 2015) qui a reçu le prix «Honneur et Patrie» des Membres de la Société de la Légion d’honneur et qui vient de paraître en édition «poche».

Il faut être bien conscient que rien ne sera possible sans prendre en compte le fait que la France n’est plus en capacité d’accueillir de nouveaux flux migratoires.

Et ce n’est pas qu’une simple question d’ordre socio-économique
[...]
N’y a-t-il pas aussi une dimension culturelle voire religieuse à cette crise des banlieues ?
C’était le cas en 2005. Pourtant les médias ont persisté à répéter que tout ce qui se produisait était lié à la mort effroyable des deux jeunes dans un transformateur.
 Gilles Kepel a mis en évidence que l’embrasement des banlieues avait eu pour origine le lancement non intentionnel d’une grenade à proximité d’un lieu qui présentait l’aspect extérieur d’un entrepôt.
Les policiers ignoraient que ce bâtiment était utilisé comme lieu de culte. 
Sur place, l’information a été aussitôt propagée que la mosquée avait été visée délibérément, et qu’il s’agissait d’une attaque de l’État contre l’islam et les musulmans. 
Il convient de s’interroger sur les groupes de pression et d’influence qui trouvent intérêt à diviser la société selon la croyance, l’ethnie ou la «race».
Il est prématuré de tirer des conclusions sur ce qui se produit aujourd’hui et qui se propage à travers un nombre croissant de territoires. 
 Nous sommes en présence d’une population sous le choc de ce qui vient d’arriver et qui se retrouve très vraisemblablement instrumentalisée.
Il appartient à nos services de renseignement d’identifier au plus vite quelles sont les forces qui s’activent en sous-main et qui ont intérêt à ce que la police ne puisse plus pénétrer certains quartiers, ou même que la situation échappe à tout contrôle.
Peut-on comparer la situation actuelle aux émeutes de banlieue en 2005?
Depuis 2005, la situation s’est fortement dégradée. Le niveau de violence a considérablement augmenté. Cela était prévisible puisque le fond du sujet n’a jamais été véritablement abordé. 
 On a persisté dans le déni du réel et dans la manipulation des masses. Pourtant, comme le montrent ses propos consignés dans Un président ne devrait pas dire ça, François Hollande n’ignore rien de la gravité de la situation. 
Évoquant la marche pour Charlie, il fait état de «ces trois France qui semblent parfaitement irréconciliables» et s’interroge: «comment on peut éviter la partition ? … Car c’est quand même ça qui est en train de se produire : la partition». 
En 2005, il n’aurait pas employé le terme de «partition» qui est extrêmement lourd. [...]
via http://www.fdesouche.com/822167-malika-sorel-dans-les-banlieues-cessons-de-reculer