Google+ Badge

samedi 11 février 2017

LA FACE CACHÉE DU PASSEUR CÉDRIC HERROU .......;

0 février 2017




Contre-enquête. Nouveau héros des bonnes consciences, Cédric Herrou, “l’agriculteur qui aide les migrants”, est aussi et surtout un activiste d’extrême gauche.

 Contre-enquête sur un personnage trouble.

Dans les médias, on parle de lui comme de « l’agriculteur qui aide les migrants » (le Parisien) « Il est jugé pour avoir porté assistance à des migrants » (Courrier international). 
 D’autres titres n’hésitent carrément pas à évoquer « un héros populaire »
« Le “délit de solidarité” existet- il encore ? », s’est aussi demandé Libération, le 4 janvier, pour évoquer « le procès d’un geste d’humanité ».

« Vos frontières ont blessé des femmes, des enfants, des familles »

Presque toujours souriant, mesuré et la voix posée, Cédric Herrou accueille effectivement depuis plusieurs mois des migrants, principalement des Érythréens, des Soudanais, des Tchadiens et des Éthiopiens. 
Étonnamment, peu de Syriens ou d’Irakiens. 
Dans la vallée de la Roya, où il élève des poules en plein air, l’homme est parvenu à mettre en place un véritable réseau d’approvisionnement et d’entraide, lui permettant de nourrir en permanence entre 15 et 40 immigrés clandestins. 
Depuis qu’il se prête à cette activité, il affirme s’être occupé de 200 d’entre eux ! 
 La voie ferrée qui relie Vintimille, dernière ville italienne, à la frontière française traverse presque sa petite exploitation de Breil-sur-Roya.
Au fil des déclarations, son discours se durcit. 
Et se politise même. Les accusations sont violentes : « Les autorités traquent les migrants », et les affirmations provocantes : « On donne à manger en cachette à des gens réfugiés sous des ponts. » 
 Soudain, son visage lumineux laisse apparaître, derrière des petites lunettes rondes, le vrai militant qu’il est, défendant la suppression des frontières et l’accueil inconditionnel de tous les migrants : Je suis obligé de cacher des gens chez moi. 
Des gens de couleur noire. »
 La ficelle est grosse.

Il est aujourd’hui clairement identifié comme un passeur

C’est précisément parce que la justice le soupçonne d’organiser une filière d’immigration clandestine que l’homme fait parler de lui. 
On lui reproche d’aller chercher des migrants derrière la frontière italienne et de les choisir lui-même, pour les faire passer en France à bord de sa camionnette.
 Sa ferme est repérée depuis plusieurs mois comme un point de collecte de vêtements et de denrées au profit des migrants.

« Titiller les fachos barbus ou ceux à têtes rasées, petits cathos frustrés, vieilles peaux mal baisées »

Impliqué dans les milieux No Borders, particulièrement actifs à Notre- Dame-des-Landes où ceux-ci se livrent à des attaques violentes contre les forces de l’ordre, ou encore à Sivens, Cédric Herrou mène un véritable combat politique. 
« Je suis antifa », n’hésite-t-il pas à publier sur sa page Facebook le 8 décembre 2015.
source

10 février 2017

 

 

 

Cédric Herrou, ’agriculteur passeur de migrants, a été condamné, ce vendredi, à 3 000 euros d’amende avec sursis pour avoir pris en charge les demandeurs d’asile sur le sol italien. 

 

Dans une interview à Europe 1, il a fustigé la “course aux Noirs” menée par les policiers des Alpes-Maritimes pour arrêter les réfugiés. Des propos qui ont fait bondir Eric Ciotti.

Vendredi matin, peu avant que le tribunal correctionnel de Nice prononce à son encontre une peine de 3 000 euros d'amende avec sursis pour avoir pris en charge les demandeurs d’asile sur le sol italien, Cédric Herrou s'est confié sur Europe 1.
 Assurant que même condamné, il continuerait à venir en aide aux migrants (notamment aux mineurs isolés), il avait fustigé la “course aux Noirs” menée par les policiers des Alpes-Maritimes pour arrêter les réfugiés.

 “Dans les Alpes-Maritimes il y a de la course aux Noirs, les policiers attrapent les Noirs, jeunes ou pas jeunes et les 'refoutent' en Italie”, avait-il fustigé.

Inadmissible

Eric Ciotti n'a pas du tout apprécié ces propos jugés scandaleux et déplacés.  Le président Les Républicains du conseil départemental des Alpes-Maritimes a donc écrit une lettre au ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux. `
Ces propos scandaleux sont profondément déplacés. Teintés de l'accusation de racisme, ils portent l'opprobre sur l'ensemble des policiers et jettent un soupçon inadmissible sur l'action des forces de l'ordre en général, écrit Éric Ciotti dans ce courrier qu'il a rendu public.
source


ET AUSSI


  février 2017



Soupçons de malversations : le procès de la Saffia reporté
Le procès de la SAFFIA (pour Soutien fait aux femmes d’ici et d’ailleurs) aura finalement lieu à la veille de l’été.
Prévu ce vendredi, l’audience se tiendra finalement le 16 juin. 
 La présidente, la directrice et son frère devront alors s’expliquer sur des soupçons de détournements de fonds émanant pour beaucoup de subventions publiques.
En 2013, des mouvements de fonds suspects entre un compte bancaire de la SAFFIA et celui de sa directrice sont signalés. 
L’enquête de la police judiciaire met également en avant d’éventuels emplois fictifs.
La réalité de certaines réalisations accomplies grâce à des subventions publiques est aussi mise en doute. 
Le préjudice porterait sur plusieurs centaines de milliers d’euros.
Les soutiens de la SAFFIA rejettent en bloc ces soupçons.
 La préfecture, la ville de Lille, le département du Nord et la région se sont constitué parties civiles.
via 
http://www.fdesouche.com/810345-lille-une-association-daide-aux-migrants-aurait-detourne-des-centaines-de-milliers-deuros-dargent-public