Arrêt sur Info reproduit ci-dessous l’analyse de Jacques Sapir touchant le classement du Monde Décodex.
Arrêt sur Info – un site d’information et d’opinion, indépendant de tout pouvoirs, qui s’efforce de relayer une information sérieuse, fondée sur des sources plurielles, mettant en évidence les mensonges par omission ou les nouvelles biaisées relayées par des médias traditionnels financés par des entrepreneurs privés et subventionnés par les Etats – est concerné par les accusations du Monde

En effet, Décodex Monde classe le site Arrêt sur Info avec la couleur orange (site peu sérieux) – parmi quelque 600 sites et blogs non « fiables » à ses yeux – en ces termes :

Arret sur Info Un site Internet qui publie ses propres analyses et reprend des informations de divers sites et contributeurs, pour certains peu fiables comme Sputnik News ou Pravda.ru. A prendre avec des pincettes.

Notre avis: (l’avis des Décodeur du Monde, ndlr)
Ce site peut être régulièrement imprécis, ne précisant pas ses sources et reprenant des informations sans vérification.

Soyez prudent et cherchez d’autres sources. Si possible, remontez à l’origine de l’information.

Nous pensons que Le Monde est fort mal placé pour juger autrui. Il a perdu toute crédibilité.

Il ne doit sa survie qu’aux subventions de l’Etat, soit plus de 5 millions € par an. Depuis 2013 nous dénonçons sa désinformation touchant la guerre en Syrie, sa couverture mensongère. [Silvia Cattori]




Déconnant DECODEX


PAR | 



Le site Web du journal Le Monde vient de lancer, depuis quelques jours, un « outil » nommé « Decodex », qui est censé permettre à ses utilisateurs de trier le faux du vrai dans les différents sites. Nul ne conteste la nécessité de vérifier les sources. 
On pouvait penser que cet outil serait une tentative honnête pour aider le lecteur. 

Elle s’avère en réalité un outil idéologique servant à la fois à l’autopromotion de ce journal (ce que l’on peut comprendre sans nécessairement l’approuver) mais aussi, et c’est sur ce point que toute l’opération est bien plus discutable, un outil de tri idéologique. 

Prétendant lutter conte ce que l’on appelle les « fake news », soit la multiplication des fausses nouvelles, les journalistes du Monde n’ont rien eu de plus pressé que de réinventer l’Index du Vatican. 

A quand l’Imprimatur ?



Decodex se présente comme une application que chacun peut utiliser. Cette application classe les sites du vert (garantie de « bonnes » informations) au rouge (site réputé dangereux), avec la couleur orange (site peu sérieux), ou bleu (site parodique). 

Seulement, pour faire fonctionner un système comme Décodex, il faut au préalable établir une liste de sites d’information que l’on considère comme recommandables ou non et une liste de critères qui permettent de jauger et de juger de la crédibilité de tel ou tel. 

On entre là dans un domaine ou joue à plein la subjectivité idéologique des journalistes du Monde

En mettant les pastilles, qu’elles soient vertes, oranges ou rouges, Le Monde s’arroge un droit de jugement alors qu’il est lui-même, et nul ne le lui reproche par ailleurs, un journal d’opinion, un journal qui défend ses idées, mais des idées qui ne font que représenter sa subjectivité. 

Ce qui gène, ce qui choque avec cette création du Monde c’est que ce journal se donne ainsi le rôle de censeur du Web, de l’information en ligne. 

Il s’approprie un pouvoir qui pourrait, à l’extrême limite, relever d’un comité indépendant, ou du CSA, mais certainement pas d’un journal qui est un acteur de cette sphère de l’information et qui ne peut donc prétendre à l’impartialité nécessaire pour une telle fonction.

La dimension idéologique de l’opération se révèle quand on se promène un peu su Décodex. On constate que les sources de l’établissement médiatique (les journaux avec lesquels Le Monde a des collaborations ouvertes ou implicites) sont systématiquement en vert.

Les autres, sont en orange et en rouge, et en particulier les sources dites alternatives. Se révèle alors la dimension « monopoliste » de l’opération. 

Dans un monde ou le journalisme traditionnel est contesté, car chacun peut, à sa guise, créer un site d’information, l’opération Décodex apparaît comme une volonté un peu puérile et clairement désespérée de certains journalistes pour se garantir le monopole de l’information. Il eut été plus utiles, et plus profitables à tous, que ces dits journalistes s‘interrogent sur les raisons de leurs pertes d’audience. 

Mais, ce type d’autocritique, il ne faut pas rêver : ils en sont clairement incapables.

On donnera ici un exemple parlant. Mon propre carnet obtient, tout comme le blog d’Olivier Berruyer, un classement orange. 
Olivier répond par ailleurs de manière cinglante aux argousins de Décodex. Ce classement est motivé par un exemple de «fake news» que Le Monde présente ainsi : «…relaie parfois de fausses informations, niant la présence de soldats russes en Ukraine en 2014, pourtant établie». 

Si ces « journalistes » avaient fait leur travail, ils auraient pu constater que je n’avais nullement nié la présence de militaires russes à Donetsk et Lugansk, mais que, citant nommément un général américain en poste à l’OTAN, j’avais indiqué que la présence de militaires russes n’était pas en mesure d’expliquer les victoires remportées par les forces de la DNR et de la LNR en septembre 2014. 

Mais, on voit bien qu’ici la vérité importe peu pour les journalistes du Monde. Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage.

Il serait aussi facile de rétorquer que Le Monde lui-même a publié aussi de fausses informations, ou des informations non confirmées, comme le montre Vincent Glad dans une chronique sur le site de Libération[1]
Le Monde lui même s’était fait l’écho récemment du faux piratage par les Russes d’une centrale électrique américaine. 

Alors, pourquoi ne pas mettre Le Monde lui-même en orange dans le classement Décodex ? Aude Lancelin s’est élevée contre cette opération du Monde, et l’on peut penser qu’elle risque fort de décrédibiliser encore plus la presse traditionnelle.

 En fait, une observation rapide des divers sites mis en causes montre que les utilisateurs potentiels de Décodex l’utilise à l’inverse de ce que souhaitaient les journalistes du Monde.

 La fréquentation de ces blogs semble avoir augmenté et tout se passe comme si le lecteur considérait comme « suspect » le classement en vert qui est censé désigner la « bonne » information et recherchait les sites désignés par Décodex comme « suspects ». 
Si cela devait se confirmer, nous aurions le résultat paradoxal d’une opération de dénigrement en bande organisée, comme l’on dit au Ministère de la Justice, se retournant contre ses propres auteurs…

Au-delà, l’histoire Décodex pose un problème de fond. Nul ne peut certifier la « vérité ». Des faits peuvent être raisonnablement établis, tout en sachant qu’il y a toujours une marge d’incertitude à leur égard.
L’interprétation de ces faits, elle, varie avec les opinions, avec la subjectivité de chacun, avec les différentes recherches qui peuvent être faites. Je renvoie ici le lecteur à mes multiples notes sur la question du chômage en France, et sur l’abus que font les journalistes de la fameuse « catégorie A » de la DARES.
 Personne ne peut décider qu’il a le monopole de la vérité et de l’information ; on ne peut certifier une « vérité », ni la mettre sous copyright. C’est bien pourquoi toute l’opération Décodex se révèle en fait assez nauséabonde dans ce qu’elle décrit de l’imaginaire de ses auteurs. On ne doit pas, alors, s’étonner de la réduction constante du lectorat de cette presse qui arrive ainsi à se décrédibiliser de manière de manière si constante et si régulière. Cette presse arrive même aujourd’hui à mêler le ridicule à l’ignominie.

Le coté « orwellien » de Décodex n’aura échappé à personne. Il y a du « Ministère de la Vérité » à l’œuvre dans ce qu’ont commis les journalistes du Monde.


PAR | 

[1] Glad V., « Qui décodexera le Décodex? De la difficulté de labelliser l’information de qualité », billet publié le 3 février 2017.


Source: http://russeurope.hypotheses.org/5677


Paris, mardi 14 février, Jacques Sapir aux Mardis de Politique magazine, un rendez-vous à ne pas manquer ...

Les mardis de Politique magazine

Conférence mardi 14 février 2017

L’euro, la France, l’Europe

par Jacques Sapir
directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). 
Le conférencier dédicacera son ouvrage
Souveraineté, démocratie laïcité (éditions Michalon)
Rendez-vous à partir de 19h00 - Conférence à 19h30 précises
Participation aux frais : 10 euros  - Etudiants et chômeurs : 5 euros
Salle Messiaen
3, rue de la Trinité 75009 Paris  Métro: La Trinité, Saint-Lazare
Renseignements : Politique magazine, 1, rue de Courcelles, 75008 Paris
Tél. : 01 42 57 43 22