Google+ Badge

jeudi 27 avril 2017

CETTE LUCIDITÉ ABANDONNÉE PAR NOS ÉDILES .....

TRIBUNE LIBRE 

 Non, les gens n’aiment pas que…

 
Chirurgien-dentiste

Chef du service de santé des armées

 
Allez, une petite histoire en ce début de nouvelle année, comme c’est de coutume en cette période !
En plus, ça parle un peu de la Légion étrangère, si connue, entre autres pour ses superbes crèches célébrant la Nativité, et ciment d’hommes d’origines si différentes, unis à la France par le sang versé !

La médecine militaire m’a apporté la joie de soigner nombre de légionnaires.

Mais c’est dans la vie civile qu’il m’a été donné de m’occuper de la santé buccale d’un des plus célèbres de ses anciens membres : Jean Marie Le Pen.
Rassurez-vous, je ne trahirai pas le secret médical !
 Ce dernier, donc, alors que j’exerçais non loin de La Trinité-sur-Mer, me vint en urgence, amusé de trouver un ancien officier qui, à une époque, remplissait sa salle d’attente de bérets verts et de képis blancs !

Depuis lors, j’ai retrouvé mon Alsace natale, soumise elle aussi, puisque l’on y propose de changer le marché de Noël en marché d’hiver pour plaire à un islam qui lui, par contre, s’interdit toute complaisance à la pensée critique.

Le président d’honneur du Front national, dont la fidélité est proverbiale, vient donc s’asseoir maintenant une fois l’an dans mon cabinet rhénan afin d’y faire contrôler sa « salle à manger ».


Lors du second tour des récentes et antidémocratiques élections régionales, l’édile de ma commune commit un acte d’un courage hors du commun qui mérite d’être signalé et félicité : en effet, ce quidam trouva opportun de m’assimiler à un praticien nazi, eu égard à la réputation délirante d’un de mes patients cité plus haut.
 Ah, c’est du Brassens ; sans le talent, évidemment ! On ne guillotine plus, on calomnie au nom des bonnes gens qui n’aiment pas que…

Je me suis donc fendu d’un cours d’histoire, la culture semblant faire de plus en plus défaut dans le monde politique… 
Il n’y a pas que dans les banlieues que la seule référence à de Gaulle est d’ordre érectile.

De plus, avec un grand-père mort pour la France et un père « malgré-nous », il me semblait être bien loin des nazebroques.

Et en quinze années de conversations sur le fauteuil (pas sur le divan) avec l’accusé Le Pen, je n’ai détecté aucun propos nauséabond. Juste un grand cœur rebelle, un amour inconditionnel pour la France ainsi qu’une immense lucidité – la même lucidité avec laquelle je suis revenu de Bosnie.

Cette lucidité qui semble avoir abandonné nombre de nos édiles…

http://www.bvoltaire.fr/

TRIBUNE LIBRE, POINT DE VUE ET ANALYSE ......

Et si l’on superposait la carte des résultats avec celle des mosquées ?

Le vote Marine Le Pen, c’est aussi celui de ceux qui ressentent ou voient le danger mortel.

Informaticien
   
La carte des résultats publiée par le ministère de l’Intérieur a suscité nombre d’analyses. Une, cependant, semble avoir échappé à la sagacité des commentateurs, à moins que son caractère particulier n’ait induit une censure… 
Pourtant, elle est riche d’enseignements, tant sur la sociologie du vote et son évolution probable que sur les événements civilisationnels que nous allons connaître dans la décennie qui vient.
``
J’ai donc superposé la carte départementale des candidats arrivés en tête du premier tour et des icônes représentant le nombre de lieux de culte musulman par habitant de chaque département. 


Quatre niveaux ont été retenus, à savoir, pour une mosquée : moins de 7.500 habitants, entre 7.500 et 12.500, entre 12.500 et 15.000, plus de 15.000 (pas d’icône).
Hélas, je n’ai pas trouvé de données fiables pour l’outre-mer.
Le département ayant le ratio le plus faible est la Seine-Saint-Denis, avec une mosquée pour 3.500 habitants, ce qui est un peu plus que ce que l’on trouve à Damas ; en Vendée, nous avons une mosquée pour 114.000 habitants.

Les données pour les départements de l’Aisne, du Pas-de-Calais et de la Somme apparaissent notoirement insuffisantes. 

D’une façon générale, il est possible que le nombre de lieux de culte soit trop faible à cause de lieux non déclarés ou déclarés sous une autre appellation ; il n’a pas été tenu compte de la taille des salles, néanmoins le nombre de lieux de culte musulman est nécessairement un bon indicateur de la proportion de population islamique.

La carte parle d’elle-même ! Le vote Le Pen est corrélé avec le nombre de musulmans et, symétriquement, le vote Macron est majoritaire dans les zones où l’islam est très peu représenté.


Voyons les rares exceptions. J’ai déjà évoqué l’Aisne, le Pas-de-Calais et la Somme ; la Corse du Sud est peut-être à mettre dans le même cas, l’Indre n’est pas loin de la limite ; il s’agit aussi de situations particulières évoquées dans les autres analyses.

En Haute-Savoie, Dupont-Aignan atteint presque 6 % qui, ajoutés aux voix de Marine Le Pen, placeraient celle-ci en tête ; c’est aussi le cas en Lozère et encore plus dans l’Orne.

Paris, la Haute-Garonne, l’Isère, le Rhône sont des bobolands, mais avec des zones d’habitation bien séparées et une carte scolaire savamment adaptée ! 

Les départements de la grande couronne parisienne sont également segmentés géographiquement avec peu de mixité réelle. Je ne suis pas descendu au niveau du canton, mais je suis convaincu que l’on trouverait le même type de situation.


Les autres départements « macronistes » notés avec une icône sont des vieilles terres de l’ancienne gauche pré-terranovienne.

Racisme ou expérience véritable du « vivre ensemble » ?

On nous sert depuis deux jours l’argument que les « bien dans leur peau », les « gagnants », les entreprenants, les voyageurs votent Macron, et même que le taux de faillite est plus faible dans la partie rose ! Très bien, cela signifierait-il que la présence musulmane est une entrave à l’économie, à la réussite ? « Moins il y a de musulmans, mieux on se porte ! » : c’est cela que nous devons comprendre en écoutant Arte, Canal+ et BFM ?


Cette carte a aussi un autre mérite, elle désigne les frontières : à l’Ouest, l’Atlantique est une barrière, côté Espagne, le Pays basque veille au grain, dans les Pyrénées ou les Alpes, la haute montagne bloque, mais au sud, la Méditerranée est une passoire et, à l’Est, c’est l’Allemagne et son hégémonie retrouvée.

Le vote Marine Le Pen, c’est aussi celui de ceux qui ressentent ou voient le danger mortel.

http://www.bvoltaire.fr/

LA TRIBUNE DE PIETER KERSTENS !

DÉSOBÉISSANCE CIVILE OU RÉBELLION ? 

– Pieter KERSTENS



De multiples naturalistes, anthropologues, historiens et scientifiques ont étudié les phénomènes de migrations et remarqué qu’il existe un seuil de « tolérance ».

Que ce soit pour les oiseaux, les insectes, les poissons, les plantes ou même les humains, le niveau d’acceptation, d’assimilation, d’intégration de concentration ou d’assemblage se situe à 6%.   Au-delà on assiste dans tous les cas à des situations conflictuelles qui conduisent à des perturbations et des évolutions préjudiciables aux espèces locales. 
 Les recherches de l’éthologiste Konrad Lorenz (prix Nobel) ou du démographe Alfred Sauvy, parmi d’autres, en font état. 

Au fil des siècles les migrations humaines ont toujours existées, au prétexte d’un meilleur « ailleurs ».  
La plupart d’entre elles, lorsque leur implantation a été définitive, l’a été au détriment des populations autochtones. Par exemple : les Etats-Unis d’Amérique où les Indiens ont été asservis ou tout bonnement exterminés. 
En Australie, les aborigènes ont été anéantis par l’alcool et les maladies.  Au 16ème siècle, les Bantous avaient émigrés vers le sud de l’Afrique (pas encore considéré comme Etat) chassant les Boschimans et les Hottentots. 
On trouve d’autres exemples identiques aussi bien en Amérique du Sud, qu’en Asie Centrale, au Moyen-Orient ou en Extrême-Orient, tel le royaume mongol de la Horde d’Or fondé par Batu Khân, petit-fils de Gengis Khân, par le fer et par le feu, en exterminant les populations russes et galiciennes.


Et, à l’exemple des algues invasives qui obstruent nos rivières et des insectes exotiques qui tuent nos oliviers, l’invasion des pays européens par des hordes de sans-papiers depuis des décennies conduit à des bouleversements indésirables. 

 Sommes-nous suicidaires et voulons-nous disparaître ?

Soyons clairs : la charité, l’accueil et la solidarité se justifient en fonction des circonstances, de l’ampleur  du phénomène et des comportements des individus qui demande aide et protection.
Tel était le cas des Russes fuyant la révolution bolchevique de 1917, des Italiens ou des Espagnols refusant les régimes de Mussolini et de Franco, ou encore des pieds noirs chassés d’Algérie par les tueurs du FLN.  

Tous se sont intégrés, avec plus ou moins de difficultés, ou sont repartis dans leur pays d’origine dès le calme revenu.

 Mais tous étaient de souche européenne, blanche et chrétienne.

Cette situation est devenue différente depuis 1974, date de l’arrêt officiel de l’immigration dite « économique » en Europe.  

 Parce que nos gouvernements laxistes et mondialistes nous ont imposé une immigration de peuplement, d’abord en régularisant des centaines de milliers de clandestins tous les ans, et ensuite en accordant la naturalisation à des millions d’immigrés non-européens ces 40 dernières années.  
`
Et c’est à ce moment qu’intervient le fameux « seuil » d’acceptation de 6% avec les peuples autochtones.

Immanquablement des conflits entre espèces ou communautés -non assimilées- et populations européennes ont eu lieu, dans l’indifférence méprisante des autorités successives.  

Malgré les mises en garde, les signaux d’alarme et les constats des diverses administrations, les euro-mondialistes s’obstinent dans leur utopie sectaire d’une société « multiculturelle et pluriethnique », dont  le résultat pratique est la multiplication des émeutes en Suède, en Angleterre, en France et bientôt en Allemagne ou en Belgique, par exemple.

Plus de 66% des gens interrogés refusent l’arrivée de nouveaux « migrants », non par égoïsme, repli sur soi, xénophobie, par peur ou racisme.  

Simplement ils répondent que partout en Europe il y a déjà un trop-plein d’inassimilables ;  ils disent que les caisses sont vides ; que des dizaines de millions d’européens de souche sont déjà sans travail  et que promettre un emploi à des analphabètes non-européens est une folie ; que des dizaines de  millions d’autres blancs vivent dans la pauvreté et surtout,  les personnes sondées répondent qu’ils en ont ras-le-bol de constater que la majorité de ces immigrés régularisés et naturalisés depuis 40 ans nous imposent leurs us, leurs coutumes et leurs traditions,  incompatibles avec notre civilisation et nos modes de vie !

Que ce soit en France ou ailleurs, le peuple est exaspéré par la culpabilisation, la repentance, le politiquement correct, la discrimination « positive » et le racisme anti-blanc. 

 Partout en Europe les signaux sont au rouge.  

Que les adeptes du métissage à tous les étages et leurs complices francs-maçons prennent garde : l’exaspération précède le désespoir et la désobéissance civile est un prélude à la rébellion. 

 Ce n’est qu’une question de temps.

Et si les « nouveaux européens » ne sont pas contents de leur sort, personne ne les empêche de retourner dans le pays de leurs aïeux, étant donné qu’ils ont aussi la double nationalité, pour une grande majorité d’entre eux.

                                                                       Pieter KERSTENS

L' ÉDITO DE " VALEURS ACTUELLES " !

27 avril 2017

Résultat de recherche d'images pour "Insurrection électorale"

L'éditorial. 

Faut-il que la France soit en colère, faut-il qu’elle soit en état d’insurrection et au bord de la révolution pour exprimer dans les urnes son désir de renverser la table.

 
Plus de 20 millions de Français ont profité du scrutin du 23 avril pour exprimer leur colère. Les sympathisants du Front national d’abord avec leur attachement à l’identité française, à la reconstitution de frontières et à une immigration zéro.

... De fait, pour la première fois dans l’histoire de la Ve République, le second tour d’une élection présidentielle ne va compter ni représentant du Parti socialiste, ni représentant de la droite de gouvernement, héritière du gaullisme ou du libéralisme. Il faut mesurer l’importance de ce séisme.

Faut-il que la France soit furieusement en colère, faut-il qu’elle soit en état d’insurrection virtuelle, faut-il que nos concitoyens soient au bord de la révolution pour exprimer ainsi dans les urnes leur désir de renverser la table. Après les Américains, les Britanniques et les Italiens.

Les raisons de cette colère, cela fait cinq ans que Valeurs actuelles les pointe, numéro après numéro, sous les siffl ets de la bien-pensance, et les encouragements de lecteurs, chaque semaine plus nombreux.

Il y a la dislocation de l’autorité de l’État auquel le quinquennat de François Hollande a donné le coup de grâce. Au point que notre pays compte aujourd’hui 650 zones de non-droit où ne peuvent accéder ni les forces de l’ordre, ni les pompiers, ni les médecins.


Il y a cette immigration galopante sur fond d’islamisation de notre beau pays. Et beaucoup d’entre nous redoutent aujourd’hui le moment où, comme le dit Philippe de Villiers, nous n’entendrons plus sonner les cloches. 

Et puis il y a cette faillite économique du pays avec une dette de 2 200 milliards d’euros, 6 millions de chômeurs, un nombre record de Français qui ne parviennent plus à boucler leurs fins de mois, notamment parmi ceux qui se lèvent tôt et se tuent à la tâche. 
Surtout, pour la première fois dans l’histoire de notre pays, cela fait cinq années consécutives que la richesse par habitant diminue, installant la France sur la voie de la Grèce.

Le paradoxe, c’est que le favori du second tour de cette élection présidentielle est un candidat qui incarne tout ce que ces Français en colère ne veulent plus voir. Il incarne la négation de l’identité et de la culture française qu’il a piétinée pendant sa campagne.
 
Il incarne la soumission aux traités européens qui enferment les gouvernements successifs dans des politiques de rigueur qui vont faire de la France un malade qui mourra guéri.
 
Il incarne l’infernale endogamie du petit monde médiatico-politique. Il incarne sa soumission aux seuls intérêts financiers, aux communautarismes, au lobby LGBT (avec ses revendications en matière de PMA et de GPA).
 
Il incarne une société où tout est marchandise, où tout se monnaye, y compris des postes, des ralliements et des investitures, comme le montre son accord avec François Bayrou. Mais pire que tout cela, il incarne les cinq années que nous venons de vivre avec François Hollande dont il a été le collaborateur le plus proche et le ministre le plus dévoué.
 
Bref, il est à lui seul les quatre pieds de cette table que les Français ont décidé de renverser. Sans doute sera-t-il élu par défaut. 
 
Mais par des Français qui auront perdu tout espoir dans la politique.


source   http://www.citoyens-et-francais.fr/2017/04/

L'HEURE DU VERDICT EUROPÉEN ........

jeudi 27 avril 2017

Nous sommes à l’heure du verdict européen et la France va donner le signal…

L’analyse de l’élection française met en lumière une grande transformation prochaine, puisque le système politique issu de la Seconde Guerre mondiale est déjà défait : il n’existe plus de ‘droite’ et de ‘gauche’. 


Même la barrière morale, limitée à la loi naturelle, a explosé chez les représentants de ces partis politiques. 

Un grand nombre d’entre eux ont placé l’homme en dessous de l’animal. 

Sans entrer dans les détails, le constat est là, sous nos yeux : l’atomisation des partis politiques autour du centre, est suivie d’un délitement moral et d’une débauche sans frein. 


Le politique a le projet de transformer la France en une société semblable à celle de Sodome.



Quelle fin peut attendre une telle société, qui pourrit sa jeunesse dès l’âge le plus tendre, par des enseignements qui sont le fruit d’adultes totalement dégénérés, des instruments d’Asmodée, haineux pour l’innocence ?

 La listes des fanatiques du gender, par exemple, dans le milieu politique et médiatique, est ahurissante. 

Qui eut imaginé, il n’y a qu’une dizaine d’années, que nous verrions des programmes aussi abjectes, soutenus par des présidents et des présidentiables ?

Les banquiers internationaux avec lesquels les politiciens et les médias ont favorisé cette déstructuration du politique représentatif, nous introduisent dans un nouveau paradigme qui n’est pas celui que les réseaux macronistes cherchent à implémenter dans le cerveau des idiots utiles que ce mouvement séduit. Il faut bien entendre, comprendre, que la Machine financière derrière le Macronisme, pratique des rituels sataniques les plus abjects et que nous n’aborderons pas.

Une victoire macroniste signifierait la fin du paradigme de la nation souveraine et l’émergence d’un SEUL PARTI aux contours encore plus ou moins indéfinis, mais structurés de telle manière que des affinités émergeront selon les thèmes proposés.

 Et encore, tout laisse à croire que le Macronisme pourrait diriger par des ordonnances, comme tel est le cas de tout pays vassalisé dans la structure globale.


Nous sommes à l’heure du verdict européen et la France va donner le signal…

D’anciennes prophéties catholiques annonçaient la destruction de l’Europe par la banqueroute des pays du sud, suivie de guerres civiles qui submergeraient ce continent à la suite de l'effondrement d’une « devise commune ». Tout cela n’a t-il pas eu lieu ? 

Reste l’implosion du Système qui arrivera selon le modus operandi que nous développons dans nos publications. Elles vont suivre un cours de développement important, jusqu’à la rupture de l’élastique, si la santé nous le permet.


Ce piètre personnage qu’est François Fillon, appelant « Emmanuel Hollande » celui qu’il épouse maintenant sans vergogne et sans retenue, pour bâtir la société des sans-Dieu ; qui se prétendait souverainiste et amoureux d’une France qu’il abandonne au soir du résultat de dimanche dernier, en quelques secondes, à ses pires ennemis, n’est que le pâle reflet de ce clergé qui se prétend, lui aussi  catholique, et qui pousse ses victimes dans les gorges abyssales de l’enfer.

Cela s’appelle une TRAHISON.
Cela s’appelle un pacte de collaboration avec l’Infâme qui n’est autre que l’Intelligence ennemie.
Cela s’appelle un crime d’Etat.
Cela s'appelle un crime de civilisation.

MAIS…



Triste époque qui nous fait percevoir avec encore plus de netteté la lumière de l’espoir et la certitude du triomphe
Mais il faut cependant que la tempête souffle avant… Voyez le DOIGT du Tout-Puissant sur cette image (nous l’avons largement commentée dans la série Lettre des Prophéties 38-46), puis regardez autour de vous l’indifférence générale des sans-Dieu, des tièdes et des pleutres.

Ils ne voient rien. Ils ne comprennent pas. Ils s’amusent et chantent avec E. Macron et sa horde d’oligarques, pensant que tout cela va durer, grâce à l’impression des dettes par les banques centrales.


Comme si les banques centrales n’avaient pas pour propriétaires les oligarques du Conseil des Treize… eux-mêmes aux ordres de celui qui prétend que le Diable est une fable de cette vieille époque où les gens n’étaient pas aussi intelligents que les maître apparents de l’Echiquier de 2017.


Liesi delacroix



the-economist-france-bombe-a-retardement


Posté par Flick Flack à - -
 
http://chaoscontrole.canalblog.com/archives/2017/04/27/35220817.

LE SYSTÈME ET L' OLIGARCHIE À CHOISI MACRON .......


Rappel !

EMMANUEL MACRON ?
CET HOMME EST DANGEREUX !
(L’Imprécateur)


« Le gouvernement est composé d’hommes en tous points semblables à vous et moi. 
Pris individuellement, ils n’ont pas de dispositions particulières pour les affaires de l’Etat ; ils sont simplement experts dans l’art d’obtenir et occuper des fonctions importantes.

 Leur outil principal pour parvenir à leurs fins est d’identifier des groupes qui s’évertuent désespérément à atteindre ce qui est hors leur portée et de le leur faire obtenir. » (H.L. Mencken)

Ce texte est un bon résumé de la carrière de Macron : il a permis au groupe financier de Patrick Drahi d’obtenir SFR ; à General Electric de voler Alstom à la France ; il a manipulé le groupe Renault-Nissan pour faire gagner de l’argent aux banques et aux actionnaires aux dépens de l’État actionnaire principal ; il a volé l’État à Bercy et à Las Vegas, etc.....


C’est là le seul point où il diffère de nous, il est incontestablement doué pour le pillage des richesses des uns pour faire gagner de l’argent à ses clients. 
Il pille « A » pour satisfaire « B ». 

En d’autres mots, Macron est un courtier en pillage, et le bien public est le dernier de ses soucis.



Le plus grave est qu’il illustre aussi le principe de Peter.

 Emmanuel Macron a atteint son seuil d’incompétence lorsqu’il est devenu ministre. L’occupant de Bercy que Michel Sapin surnommait affectueusement “le taré du troisième étage” a porté l’incompétence à un niveau stratosphérique. 


Parfaitement incapable de limiter le ralentissement économique ou de juguler le chômage, le ministricule s’est borné à retranscrire scrupuleusement les directives bruxelloises qu’il trouvait le matin sur son bureau et à faire ses petites affaires. 


Comment expliquer, même si quelques frémissements médiatiques peuvent aujourd’hui laisser supposer un retournement du Système en faveur de Fillon, comment expliquer donc que le Système lui offre sur un plateau cette promotion au grade de président de la République « française » ? 

Laurence J. Peter appelle “sublimation percutante” ce type de promotion paradoxale. 
La sublimation percutante aurait pour but de  tromper les gens qui ne font pas partie de la hiérarchie, autrement dit du Système. 

Lorsque ce but est atteint, écrit Peter, la manœuvre est réussie. Emmanuel Macron est candidat à la sublimation parce qu’il sait que le poste qu’on lui promet a été vidé de sa substance par Hollande. 

C’est un poste “non-productif” tout à fait adapté à un incapable préférant figurer plutôt que gouverner.

Le peuple est donc trompé parce qu’il se figure que la promotion est le résultat de la compétence du promu alors qu’elle est d’abord due à son incompétence.  


Le Système a choisi Macron, non pas malg son incompétence mais en raison de son incompétence. 

 Le peuple ignore que Macron sera, comme Hollande avant lui, un sublimé qui laissera ses “protecteurs” non-élus décider de l’avenir du pays. Le peuple est trompé parce qu’ainsi la “hiérarchie” se maintient : eux en haut, lui en bas.
LE SYSTÈME A CHOISI MACRON


C’est cela qu’il faut empêcher pour ne pas avoir à l’Élysée un nul encore pire que Hollande.

Cet excellent courtier en pillage a été repéré par de plus gros requins que lui, notamment Georges Soros, principal financier de la campagne d’Hillary Clinton, ce qui a quelque chose de rassurant puisque l’élection de Trump a montré que ces grands requins de la finance sont moins malins qu’ils ne le pensent et que les peuples peuvent sortir leurs dents avec un peu de volonté. 

Soros est la cheville financière du mondialisme. 

Il a besoin que des hommes comme Macron, de beaux parleurs sans idées, donc facilement manipulables et bons spécialistes du pillage des richesses publiques, travaillent pour lui.


Georges Soros est un multi-milliardaire américain, ennemi juré de Trump.  Il organise, avec le parrainage bienveillant de la haute finance de son pays, la destruction de l’identité des nations européennes.
 

Son but ? Créer un grand marché indifférencié où seront rois la finance et le commerce de ses amis financiers, les Rockefeller, Rothschild, Lazard, Morgan Stanley… et notez que Macron a des liens avec Rothschild son ex-employeur, Lazard par son ami Matthieu Pigasse de la banque Lazard qui le finance, et Morgan-Stanley qui lui a fourni son directeur de campagne.

 L’interface entre Emmanuel Macron et Soros, c’est Pierre Bergé, lui aussi très riche, même s’il l’est moins que Soros.

Après l’effondrement du système communiste en URSS en 1989, Soros a sillonné dans son Falcon privé les colonies européennes de la Russie fraîchement libérées du communisme. 

Il y était reçu comme un chef d’État car tout le monde savait qu’il pouvait apporter beaucoup d’argent. Mais son objectif principal était de les annexer à l’empire mondial qu’il travaille à créer, en gommant dans les pays toutes les différences ethniques, culturelles et religieuses au profit des seuls objectifs économiques. 

Il habille cela d’un projet humaniste séduisant : créer la paix mondiale définitive par le marché financier, car dans un marché tout se négocie, l’intérêt des parties étant de surtout ne pas casser le marché qui fait vivre tout le monde.


Soros procède par étapes. Il pousse à la création de marchés plus larges que les marchés nationaux (sa phobie à lui, ce sont les nations, les peuples et leur patriotisme) comme le Marché Commun européen, ASEAN en Asie, ALENA, etc. 

Puis de les lier entre eux par des accords tels ceux que l’on tente d’imposer actuellement entre le Canada et l’Europe, les États-Unis et l’Europe, la Chine et les États-Unis. Ainsi se constitue le grand marché mondial unique.

Pour cela il faut aussi penser à une main-d’œuvre bon marché partout. Quoi de mieux que le mélange des peuples qui les uniformise par le bas, le moins disant finissant par l’emporter dans la course aux bas salaires ? Alors Soros finance les migrations. 

Pas directement, bien sûr, Soros aime le secret, mais d’où croyez-vous que vient l’argent que les migrants sont contraints de donner aux passeurs qui les amènent à Lampedusa ou en Grèce ? Soros a beaucoup d’argent, mais il reste près de ses sous ! 

Il a convaincu les pays musulmans du Golfe de financer la migration des Noirs africains et arabes pour islamiser l’Europe, leur faisant miroiter qu’ils accomplissaient ainsi la volonté d’Allah. Il est malin, Soros !


Écoutez ce qu’a dit Macron sur les migrants, même s’il tente de mettre la pédale douce sur le sujet en ce moment, il veut “toujours plus” de migrants

 Il est aux ordres de son mentor occulte pour arriver et ses fins et noyer notre pays sous la colonisation islamo-africaine. Mais il avance masqué. 

Et pour cela il a besoin de la gauche marxiste, elle aussi séduite par un projet qui réaliserait l’internationale ouvrière dans un monde unifié par le socialisme. 

Un monde soumis par l’islam dont c’est le nom, le mot arabe islam signifiant soumission. 

C’est pourquoi aussi une organisation terroriste comme Al-Qaïda soutient Macron qui, s’il est élu, favorisera l’immigration islamiste et l’islamisation du monde.

Mais cette cohabitation socialisme-islamisme pour conquérir et dominer le monde entier n’aura qu’un temps. 

Dans vingt ou trente ans, la finance mondiale dominant un peuple mondial unique converti au socialisme, intellectuellement et moralement asservi par l’islam tel que le décrit l’écrivain algérien Boualem Sansal dans son roman 2084, sera une réalité. 

Un peuple unique, métissé, sans culture et très pauvre, comme partout où le socialisme et au pouvoir, et une classe hyper-riche de quelques millions de milliardaires avec leurs fonctionnaires-domestiques chargés de gérer le peuple, vivant dans des cités-îles les isolant de la racaille qu’ils mépriseront et méprisent déjà sous le nom de “sans-dents”.

Seulement l’espoir existe. La résistance s’organise et, le plus fort, de façon mondiale, elle aussi par internet, ce pourquoi le Système voudrait bien prendre le contrôle de la toile. Les peuples commencent à prendre conscience du projet esclavagiste vers lequel veulent le mener les Soros, Clinton, Junker, Hollande et son clone Macron. 

Cela s’est fait aux États-Unis avec l’élection de Donald Trump, en Angleterre avec le BREXIT, en Europe avec le rejet des musulmans par de plus en plus de pays, en France de façon dure et quasi clandestine par la ré-information et ses blogs, des réseaux comme Rémora, plus mollement et de façon plus ambiguë par les partis contestataires comme le FN et la Droite républicaine.


Dans les jours qui viennent, votez pour qui vous voulez, mais faites tout pour que Macron ne soit pas élu, cet homme, le pion de Soros, de la finance mondiale et du parti socialiste, est dangereux pour votre avenir et celui de vos enfants.


L’Imprécateur


Voir :

PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE VUE D' ESPAGNE......

Le duel Macron – Le Pen vu d’Espagne

El Manifiesto

Le duel Macron – Le Pen vu d’Espagne

Javier R. Portella ♦

Il apparaît clairement que, si 20% du peuple Français souhaite défendre sa raison d’être, la raison d’être (ou de ne pas être) est quelque chose qui ne représente absolument rien pour 80% du même peuple

 

Et maintenant ? Quel état des lieux dresser après ce que l’on peut considérer à la fois comme une victoire et une déroute pour la force politique qui, en dépit de ses carences et défauts, représente actuellement en France l’unique possibilité d’en finir avec le système de la globalisation multiculturelle et apatride ?


Il y a eu une victoire. Il n’est certes pas négligeable de figurer au second tour des élections présidentielles, pas plus qu’il est anodin d’avoir mis en évidence que, malgré tout, il existe en France sept millions et demi de personnes qui se sentent concernées par le destin collectif de leur patrie (sept millions et demi, soit le meilleur score de toute l’histoire électorale du Front National).

 Résultat d’autant plus appréciable que l’ensemble des grands moyens de communication du Système n’a cessé un seul instant de malmener, insulter et défigurer le FN, comme à l’accoutumée. 


En effet, il suffit que les médias du Système recourent aux étiquettes habituelles telles que : “extrême-droite“, “xénophobes“, “racistes“, “fachos“, étiquettes certes usées jusqu’à la corde mais toujours efficaces, pour couper court à toute discussion auprès des masses et chez ce qu’il est convenu d’appeler le Peuple.


Mais il s’agit également d’une déroute. A moins d’un miracle assez peu probable, les jeux sont faits et Marine Le Pen n’a aucune chance de pouvoir s’imposer au second tour de l’élection face à l’homme du Système et de la Mondialisation. 


Tous les autres candidats, à l’exception de Mélenchon, se sont empressés d’enjoindre à leurs électeurs de voter pour Macron. 

Ceci nous promet d’assister le 7 Mai à un spectacle hautement divertissant : voir les progressistes et les électeurs de gauche voter pour le candidat des banques et du grand Capital (ou s’abstenir de voter afin de faciliter son élection) ; comme il sera tout aussi réjouissant de voir la droite éternelle (“la droite la plus bête du monde“, selon Alain de Benoist qui ne connaît sans doute pas très bien la droite espagnole), c’est-à-dire de voir les conservateurs, les réacs, ainsi que l’électorat catholique de Fillon voter pour le candidat qui a réussi à déclarer que “l’identité de la France n’existe pas” et qui, par conséquent, continuera d’appliquer la politique immigrationiste et apatride qu’un Fillon n’aurait certes pas manqué d’appliquer lui aussi, mais sans doute avec un peu plus de retenue.


Une déroute enfin, pour la simple et bonne raison que vient d’être clairement établi que si 20% du peuple français souhaite défendre sa raison d’être, la raison d’être (ou de ne pas être) est quelque chose qui ne représente absolument rien pour 80% du même peuple.

Otons nos œillères et reconnaissons que le peuple est ainsi fait – le peuple de France… pour ne pas parler des autres. 

Peut-être le moment est-il venu de nous demander s’il est très pertinent de continuer d’accorder autant de crédit que le font les populistes à cette entité qu’on appelle le “peuple” ; et à cette autre entité qui lui est habituellement associée : la démocratie.


(Traduit de l’espagnol par Lucas Navarro)
Source  : elmanifiesto.com, Avril 2017
  • Javier Portella est un écrivain, essayiste et politologue espagnol, notamment connu pour le lancement en 2002 du Manifeste contre la mort de l’Esprit

D' ACCORD OU PAS D' ACCORD ? TRIBUNE LIBRE ET POINT DE VUE !

Premier tour des élections présidentielles, le clan des banksters exulte, Le Pen terrassée par le virus Shoatique !
Les résultats du premier tour de cette élection présidentielle sont enfin tombés. 

Ce dimanche 23 avril marque la fin de la traditionnelle comédie électorale ponctuée par des sondages quotidiens, des affaires politico-financières à répétition et de longs débats aussi pompeux qu’ennuyeux.

 C’est désormais officiel, le parti de l’étranger sera représenté au second tour en la personne de (((Macron))) ancien gérant associé de la banque Rothschild et sinistre de l’économie du Président fantoche Hollande dont il aura à assumer le bilan désastreux. 

Celui-ci totalise en effet 23,9% des voix, devant la Le Pen qui réalise un score de 21,4%. 

Plusieurs leçons à tirer de ces résultats.


Tout d’abord, au petit jeu de la magouille électorale, le programme est la dernière des préoccupations des français.
La preuve en est que celui qui se voulait l’homme sans parti (et sans projet clairement défini) a gagné le pari que de nombreux représentants du camp National pensaient impossible. Cela en dit long sur l’état de délabrement avancé des consciences politiques en France. 

Alors que l’échec annoncé du quinquennat Hollande devait en toute logique déboucher sur un second tour Le Pen/Fillon, la secte de la pleurnicherie a choisi son candidat, qui se trouve être l’héritier naturel de l’infâme Président de leur république. 

Ces résultats ont également un goût amer pour la candidate du néo-FN. Bien que qualifiée pour le second tour, elle ne réalise que 21,4% des suffrages exprimés. Pire encore, elle est largement devancée par le candidat de la finance apatride alors qu’elle espérait arriver en tête. 

 Voilà où mène la stratégie de dédiabolisation. 
Non seulement elle obtient un résultat plutôt médiocre, chacun s’accordera pour le dire, mais l’échec de cette entourloupe politicienne est d’autant plus palpable que l’on voit l’intégralité de l’Établissement politique appeler à voter pour son adversaire ou à s’abstenir. Et si le problème était tout simplement de jouer dans le cadre du Système ?

Le candidat de la fausse droite que certaines personnalités du mouvement National avaient soutenu échoue à se qualifier. 

Tandis que beaucoup voyaient en lui une alternative crédible à la Le Pen et à son programme de gauche, il se met une fois de plus à genoux devant les tenants du mondialisme en appelant à voter pour (((Macron))), l’homme qui niait l’existence même de la culture française.

 Rien d’étonnant de la part d’un escroc notoire de l’envergure de Fillon, plus préoccupé par sa condition de petit bourgeois cosmopolite que par les intérêts de la France.

Comme nos amis de Rivarol l’avaient souligné il y a quelques semaines, ce scrutin marque un inquiétant retour du néo-communisme sur la scène politique. 

En effet, le candidat de l’extrême gauche unie totalise 19,6% des voix à l’issue du premier tour. 

Il réussit à mobiliser l’essentiel de l’électorat des banlieues et son cortège de déracinés notoires. Immigrés afro-maghrébins, étudiants gauchistes, marginaux consommateurs de substances hallucinogènes, la France dite Insoumise est un conglomérat de tout ce que la société française compte de décadent et d’anti-National. 

Un point néanmoins intéressant : tandis qu’en 2012 le représentant des tyrans communistes sud-américains s’était lancé dans une campagne antifasciste digne des régimes staliniens du XXème siècle, il choisit de ne pas soutenir (((Macron))) contre le prétendu péril brun qui, il est vrai, n’existe que dans la tête de quelques bobos apatrides.

Une note positive toutefois : le Parti socialiste est définitivement enterré. Son candidat ne réalise que 6,3% des suffrages. 

Un coup de massue de plus pour cette brochette de menteurs de voleurs et de traîtres qui détient tous les leviers du pouvoir depuis 2012. 
La plupart de ses cadres, sentant le vent de la défaite arriver, ont cru utile de se rallier au candidat revendiqué du judaïsme politique.

 L’appareil mord la poussière mais ses dignitaires parviennent tout de même à se recaser dans un élan d’opportunisme affligeant. 

Son électorat à l’agonie est essentiellement composé de racailles islamiques concentrées dans les banlieues que la Le Pen tente par ailleurs opportunément et sans succès, de séduire dans le cadre de la stratégie macabre de dédiabolisation.

Cette dixième édition de la pitrerie électorale aura donc une nouvelle fois largement mobilisé les électeurs, à la grande satisfaction des élites cosmopolites et de la finance internationale apatride. Le score relativement décevant de la candidate dite nationale achève de lever le doute quant à la possibilité d’une révolution urnatoire.
 Il nous appartient donc à nous, nationalistes non reniés, de former la minorité révolutionnaire qui s’emparera du pouvoir le jour où celui-ci sera à terre.
 Cela peut paraître à première vue extrêmement lointain, mais nous nous efforçons de rappeler que la Révolution est l’œuvre d’une minorité inaccessible au découragement. 

Quoi que l’on en dise, le Système grille sa dernière cartouche avec l’infâme (((Macron))). Il ne pourra masquer éternellement son état de décrépitude avancée.

En avant la victoire ! Hauts les cœurs !
Yohan C.

http://www.jeune-nation.com/politique



ATTALI LE CHAPERON DE MACRON ET L' IMMIGRATION ....

Attali qui chaperonne Macron veut une France à 187 millions d’habitants par l’immigration de masse.

 

Oracle de « la France d’après », il fut dès l’élection de Nicolas Sarkozy convoqué au chevet de la république pour contribuer à réformer la France, le tout sans une once de légitimité démocratique. 

Il est aujourd’hui l’homme qui a adoubé Emmanuel Macron. 
Sa présence à La Coupole été remarquée. 

Nous remontons cette note d’octobre 2007 parallèlement à son retour en force dans les médias :
   « Alors que le rapport Attali vient d’être jugé « plutot raisonnable » par Nicolas Sarkozy, malgré sa proposition phare de « relance de l’immigration » (comme si elle avait été arrêtée) inspirée de son livre L’avenir du travail sorti en 2007 proposant l’arrivée de 2 millions d’immigrés annuellement pour mener la France à 187 millions d’habitants en 2040 (alors qu’il suffit de sauver le régime des retraites par la capitalisation privée), je publie de nouveau les citations de l’illuminé mondialiste, glanées ça et là, en rajoutant celle-ci :
 « La logique socialiste c’est la liberté, et la liberté fondamentale c’est le suicide[…]L’euthanasie deviendra un instrument essentiel de gouvernement. » L’homme nomade , Ed. Le Livre de Poche, 2005.


Deux vieilles interviews de Jacques Attali, une de mai 1992, l’autre de mars 1997, éclairent sur sa vision de la colonisation islamique de l’Europe contemporaine. 

    « La France doit-elle se contenter d’accepter sur son sol les travailleurs européens ou assumer sa dimension musulmane ? Là est sans doute la principale question masquée par ce débat (ndlr : sur l’immigration), le vrai choix géopolitique.  
Si la France et l’Europe décidaient de s’affirmer comme un club chrétien, elles devraient se préparer à l’affrontement avec un milliard d’hommes, à une véritable « guerre de civilisations ».

 Avec en prime, en France, une guerre civile » Jacques Attali, Le Monde du 19 mars 1997

    L’Algérie, le Maroc, la Tunisie ainsi que les pays de la péninsule arabique et du monde asiatique ont décidé- il y a 30 ans déjà -de s’affirmer en tant que club musulman exclusif par la création de l’OCI. Est-ce pour autant que  800 millions de chrétiens à travers le monde ont décidé de leur déclarer la guerre ? Absurde.


     Attali, le 12 mai 1992 dans Le Monde, lors de la commémoration de la victoire de 1492 sur la colonisation islamique en Espagne, se félicitait qu’enfin, après cinq siècles, l’Europe s’ouvre à nouveaux aux zélateurs d’Allah :
« En 1492, l’Europe s’est fermée à l’est ( ndlr :comprendre au sud-est) et tournée vers l’ouest en essayant d’expulser d’elle tout ce qui n’était pas chrétien. Aujourd’hui, assez largement, le contraire se prépare. Une parenthèse de cinq siècles se ferme. 
L’Europe occidentale s’ouvre à son passé »


   En bon mondialiste favorable à la « gouvernance mondiale », le sans-patrie fustigeait les frontières dans le même article :
    « En 1492, comme aujourd’hui, le problème politique majeur est celui de la frontière, le choix entre nation et unité. 
On parle partout de marché et de démocratie comme si c’était des évidences parallèles, sans voir que l’économie de marché n’a pas besoin de frontières- la frontière interdit le développement de l’économie de marché et condamne au dirigisme économique- (…) 
Pour que la démocratie ne soit pas un frein au développement, elle doit être sans frontières, sinon on aura la frontière sans la démocratie »

    On ne voit pas bien en quoi des frontières servant de filtre pour les personnes empêcheraient les biens de circuler. Sur la question de la démocratie qui réussit sans frontières, découpler la liberté des peuples à disposer d’eux même d’une souveraineté nationale s’exprimant dans un Etat-nation délimité géographiquement et un positionnement assez délirant. 
Mais on comprendra mieux en sachant que dans la démocratie universelle d’Attali, droit d’ingérence ( il rejoint en cela Kouchner) et exportation de celle-ci « à l’américaine » vont de paire.


Sur son blog, réagissant à la mini-polémique sur les prénoms exotiques des enfants Dati et Sarkozy ( respectivement Zora et Solal ), Jacques Attali  commit un billet sur cette question et ce qu’elle révèlerait de l’état moral d’un pays. 
Il oppose une assimilation stérile à une intégration enrichissante: 
« Quand une nation décline, se rétrécit et se recroqueville, elle assimile ( note de l’Obs-i: alors que la France n’a jamais été aussi puissante que dans les périodes où elle a assimilé les étrangers !) ; et le nombre de prénoms qu’elle emploie est de plus en plus réduit, signe de son uniformisation. Au contraire, quand une nation est vivante, dynamique, ouverte, en croissance, elle intègre ; et elle utilise alors de plus en plus de prénoms différents, dont elle se nourrit pour augmenter sa diversité. 

L’assimilation appauvrit. 


L’intégration enrichit. »
   Aussi, Attali, pour remédier à la « haine de l’étranger » (comprendre le refus de l’africanisation et de l’islamisation d’une Europe chrétienne depuis 1500 ans) a sa solution : le droit de vote des étrangers ! 

Voilà les propos de l’illuminé  :
  «  Partout en Europe, surgit la haine de l’étranger, de l’autre, responsable de nos malheurs…
il faudra donc entrer dans les détails, penser et décrire les institutions concrètes en organisant, par exemple, le droit de vote des non-citoyens ( ndlr : le droit de vote des étrangers légaux ou non) ou le droit d’ingérence, ou le droit de vote des générations ultérieures   « le droit de vote des générations ultérieures » vous avez bien lu ! 

Pratique, le Système choisirait les tendances de vote des français du futur pour contrecarrer les mal votants du présent. 

 Il suffisait d’y penser.


http://islamisation.fr/2017/04/26/attali-

POURQUOI LE PS A-T-IL RENONCÉ À DIFFUSER CE TRACT ?

Pourquoi le PS a-t-il renoncé à diffuser ce tract?

Pourquoi le PS a-t-il renoncé à diffuser ce tract?
Download PDF
Depuis ce dimanche dernier, personne, rue de Solférino, ne sait plus trop bien qui est qui, qui fait quoi et qui habite où. 

Il est vrai que le résultat de Benoît Hamon ne donne pas envie de faire la chenille qui redémarre. Pas plus que le ralliement désordonné et peut-être un poil anticipé du PS à Emmanuel Macron ne donne guère celle de danser le zouk.

Alors, il faut bien s’occuper. Torcher un tract, par exemple, qu’il était prévu de tirer et de distribuer à quatre millions d’exemplaires. 

Manque de vase, le bidule inonde les réseaux sociaux avant même d’avoir vu le jour chez l’imprimeur. 

De quoi s’agit-il donc ? D’un portrait de Marine Le Pen en forme de photomontage, avec cordon de grand-croix de la Légion d’honneur, en costume de Présidente, millésime gaullien, dans la bibliothèque élyséenne.

 Radieuse, où elle y affiche le sourire qu’on lui connaît si bien, à la fois rieur et carnassier.

Quant à l’accroche, un fort sobre « Ça jamais ! Votons le 7 mai pour la République. Votons Emmanuel Macron ! »

Mais, premier problème, le photomontage en question paraît avoir été réalisé par un stagiaire en état d’hypoglycémie avancée. 

D’où ce tweet signé Brasiers & Cerisiers : « Chaud au PS ils ont même plus les moyens de se payer un graphiste pour leur dernier tract avant de mourir. » 

Pire : d’autres estiment, non sans raison, que Marine Le Pen est trop à son avantage sur ce document. 

Autre tweet d’une certaine Anne Soleilhavoup : « Tract ?! Ça veut dire que ça va être distribué ça ? 

Une image de Le Pen distribuée par des militants PS ? Qui a pensé à ça ???! » Il est un fait que…
De son côté, Pierre-Emmanuel Guigo, essayiste et auteur d’un fort intéressant Com et politique, les liaisons dangereuses, estime : « C’est rare, dans la com’ politique d’un parti, d’attaquer directement l’adversaire. 
Ce ne sont pas les partis politiques officiels qui agissent comme ça, mais des mouvements alternatifs. C’est de la communication négative, en général interdite. » Il est un autre fait que… 
 
D’un point de vue plus politique, cet autre tweet de Simon Labouyrie : « Donc le PS qui n’a pas bougé un orteil pour Hamon pond un tract à 4M d’exemplaires pour Macron en quelques heures. Tout va bien. » 

 Enfin, pas si bien que ça, le Parti socialiste ayant finalement renoncé à imprimer et diffuser la chose incriminée, sous la pression de nombre d’élus ayant signifié à leur direction à la fois incompréhension et consternation.

En politique, on en a connu, des zigomars qui se tiraient une balle dans le pied ; mais des olibrius qui s’y vidaient un chargeur entier pour ensuite se faire hara-kiri à coups de bananes molles, c’était du jamais vu. 

La lente agonie, ponctuée de soubresauts grotesques, de ces partis naguère donnés pour être de gouvernement est décidément un émerveillement de chaque instant.


Nicolas Gauthier – Boulevard Voltaire

LE MONDIALISME C' EST AUSSI ÇA !!! ENQUÊTE !

Travail au noir : les redressements ont atteint un record en 2016

  • Par
  • Mis à jour
  • Publié
Le BTP reste le secteur le plus touché en 2016.

Les organismes chargés de collecter les cotisations sociales ont redressé les entreprises à hauteur d'un demi-milliard d'euros en 2016, révèle Les Échos. Un montant en hausse de 20% par rapport aux 463 millions récoltés en 2015.

Difficile d'évaluer le coût réel du travail au noir pour la collectivité. Selon la Cour des comptes, il atteindrait le montant spectaculaire de 20 milliards d'euros. 

L'Urssaf, l'organisme chargé de collecter les cotisations sociales auprès des entreprises, est moins pessimiste et évalue le montant des prélèvements sociaux impayés à 7 milliards d'euros. 

Bonne nouvelle cependant dans la lutte contre la fraude: d'après une information dévoilée ce jeudi parLes Échos, les sommes récupérées grâce aux redressements pour travail dissimulé ont atteint un record en 2016. 

L'Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss) a ainsi redressé les entreprises à hauteur de 555 millions d'euros, soit un montant en hausse de 20% par rapport aux 463 millions d'euros récupérés de 2015. 

Sans surprise, le secteur du BTP est de nouveau le plus touché. Selon les chiffres présentés par le quotidien, la moitié (51%) du travail au noir aurait ainsi été détectée dans la construction. Un chiffre encore supérieur à celui de 2015. Viennent ensuite les services administratifs (11%), puis le commerce (4,8%), l'industrie (4,2%) et l'hôtellerie (4,2%).
Ce nouveau record s'explique principalement par la hausse récente des pénalités lors d'une condamnation pour travail au noir.  
L'employeur, ou celui qui a dissimulé sa propre activité professionnelle, s'expose désormais à 3 ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende. La personne morale, l'entreprise, s'expose quant à elle à une amende de 225.000 euros. `

 L'administration peut en outre exiger le remboursement des aides publiques accordées par l'État en matière d'emploi et de formation professionnelle (apprentissage, insertion...).

Échec de la lutte contre les abus au «travail détaché»

Cette hausse s'expliquerait également par la nouvelle politique de ciblage mise en place par les Urssaf, qui concentrent désormais les contrôles sur les secteurs à risques et les entreprises pour lesquelles les enjeux financiers sont les plus importants. Une stratégie largement gagnante puisque, malgré un nombre d'opérations effectuées en baisse de 4% par rapport à 2015, les sommes glanées par l'administration fiscale ont augmenté.
Comme en 2015, la fraude au détachement des salariés étrangers reste la pierre d'achoppement de la politique de lutte contre la fraude sociale.
 Un rapport de la Commission nationale de lutte contre le travail illégal de 2015 estimait ainsi que 210.000 travailleurs seraient détachés illégalement en France. 

Malgré les différentes mesures répressives élaborées par le gouvernement depuis 2015, de plus en plus d'entreprises, sous couvert de recourir à la fameuse directive de 1996 sur «travailleurs détachés», ne paient aucune cotisation sociale dans l'Union européenne.

» Lire aussi: Travailleurs détachés: la polémique enfle

Avec la loi Macron, le gouvernement a pourtant tenté d'étoffer son dispositif de lutte contre la fraude au détachement. Depuis le 1er janvier 2016, la carte d'identification professionnelle est obligatoire et doit être portée par tout employé sur un chantier de BTP. La loi prévoit également la suspension des prestations de services exercées par le travailleur pendant un mois en cas d'irrégularité.
 La responsabilité du donneur d'ordre est finalement renforcée: il pourra être sanctionné s'il manque à son obligation de vigilance vis-à-vis de la conformité administrative des travailleurs qu'il emploie.
 Depuis novembre dernier, la lutte s'intensifie également à l'échelle européenne.

 La France et l'Allemagne portent ensemble une demande de révision ciblée de la directive Bolkestein qui tarde pour le moment à se concrétiser. 


Source et Publication:  http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/04/27/20002-20170427ARTFIG00065


LA " MANIF POUR TOUS " SE MANIFESTE ..........

La Manif Pour Tous appelle à voter contre Emmanuel Macron



27/04/2017 – 05h00 Paris (Breizh-Info.com) – Dans un communiqué adressé à la presse, La Manif Pour Tous appelle à voter contre Emmanuel Macron au deuxième tour de l’élection présidentielle, et donc indirectement en faveur de Marine Le Pen.

L’association, qui défend la famille « premier lieu de solidarité et refuge pour les plus vulnérables »  dénonce un candidat « soutenu par François Hollande, Christiane Taubira, Manuel Valls, Jean-Paul Delevoye, Jacques Attali, Pierre Bergé.. 
Un candidat « ouvertement anti-famille » qui « fait passer l’argent avant l’humain ».

« Appel à la responsabilité »

« A l’approche du 2nd tour, les positions des candidats continuent d’être mises à jour sur le site dédié aux échéances électorales www.boomerang2017.fr Maternités et filiations dissociées (PMA sans père et régularisation des grossesses pour autrui (GPA) faites à l’étranger), fin du droit des orphelins et de l’intérêt supérieur de l’enfant, identité de genre, matraquage fiscal des familles, prélèvement à la source ouvrant la porte à l’individualisation de l’impôt… le programme d’Emmanuel Macron est la continuité de la politique anti-famille menée depuis 5 ans par François Hollande, Manuel Valls et Christiane Taubira.» explique La Manif pour Tous .


« Emmanuel Macron prépare une politique anti-famille. Pour les familles, pour les enfants, pour l’avenir, le 7 mai : Macron, c’est non ! » déclare Ludovine de La Rochère. « Nous refusons ce bouleversement de civilisation qui entraîne de nouvelles injustices et inégalités pour les femmes et pour les enfants. 
C’est sur ces enjeux majeurs, qui correspondent au bien commun, finalité de la politique, que nous invitons chacun à décider de son vote. L’humain ne doit pas être écrasé par la puissance de l’argent et du marché. 
Il revient à chacun d’entre nous de donner la priorité aux enjeux d’humanité et à voter de manière responsable, c’est-à-dire en connaissance de cause. ».

« Par sa capacité à rassembler très largement les Français au-delà des partis, La Manif Pour Tous a toujours eu la force de réunir les bonnes volontés autour de la famille, de l’intérêt supérieur de l’enfant, du refus de la diffusion du genre et de la déconstruction de liens humains inaltérables et fondamentaux pour chaque personne et pour l’ensemble de la société. 
Les Français sont immensément nombreux à avoir conscience de l’importance de ces enjeux d’humanité. 

Cette grande force, infiniment précieuse pour notre combat, est essentielle pour l’avenir», conclut Ludovine de La Rochère.



macron

Crédit photo : DR [cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine