Google+ Badge

mercredi 13 décembre 2017

LA GALETTE DES ROIS DU PDF / BRETAGNE .......RETENEZ LA DATE !


 

Vous pouvez Réserver dés maintenant .....


 Chers Amis ( es )

Vous êtes conviés à la Galette des Rois du Parti de la FRANCE /BRETAGNE   le 4 Février 2018 !

En présence du Secrétaire Général du Parti de la France Thomas JOLY et du Délégué du CNC/ Bretagne !


 Tous les Amis  ( es ) de L’ Union des Droites Nationales sont évidemment les biens venus !
 (Comité Jeanne, Civitas  etc……)

 Cette Réunion sera précédée d’ un Repas et d’ une Galette des rois !

Participation aux Frais   :   25 euros / pers.  Tout compris .
 Apéritif, Repas+ Galette , Boissons et café


Réservations ,  et  Règlements Impératif  avant le 25 Janvier 2018
 

 Chèques à l’ ordre de :

Jean-Marie Lebraud   :       Délégué Régional du PDF / BRETAGNE


21 La Perrais
35580 Guichen
 Tél  :   06 09 53 93 84
 Email:   j-m.lebraud@orange.fr






 
 


Tous ceux qui se reconnaissent dans les principes et les valeurs de la Droite nationale française et qui ont la volonté et de courage de défendre leurs idées sont les bienvenus au Parti de la France.


Adhérez !



Nous comptons sur votre soutien afin de poursuivre notre nécessaire combat pour la sauvegarde de notre Identité et de nos valeurs de civilisation. 
Le Parti de la France est la seule formation politique a mener ce combat, sans compromission ni reniement.
Mais sans ses adhérents, il n’est rien.
Votre adhésion peut se faire
• par chèque, à l'ordre du Parti de la France, en remplissant le bulletin d'adhésion et en envoyant le tout au siège du PDF :  6 allée des Templiers, 78 860 Saint-Nom-la-Bretèche
Cliquez


• ou par paiements sécurisé en ligne via PayPal :
ATTENTION: POUR LES PARTIS POLITIQUES, LES DONS PAR PAYPAL NE PERMETTENT PAS L'EMISSION DE RECUS FISCAUX. Si vous désirez bénéficier d'un reçu fiscal, votre don doit obligatoirement être effectué par virement ou par chèque bancaire selon les modalités énoncées ci-dessous.
  • par chèque à l’ordre de “Mme Myriam BAECKEROOT mandataire financier du P.D.F.” en adressant votre courrier au Parti de la France 6 allée des Templiers, 78 860 Saint-Nom-la-Bretèche
  • par virement à l’ordre de “Mme Myriam BAECKEROOT, mandataire financier du P.D.F.” sur le compte bancaire LCL 30002 00453 0000691807 F 22 Paris Anjou
  • Pour tout renseignement : 09 67 17 81 36.
Loi du 11 mars 1988 : Article 11- alinéa premier et troisième alinéa :
 
«  Les dons consentis et les cotisations versées en qualité d’adhérent d’un ou plusieurs partis politiques par une personne physique dûment identifiée à une ou plusieurs associations agréées en qualité d’association de financement ou à un ou plusieurs mandataires financiers d’un ou de plusieurs partis politiques ne peuvent excéder 7.500 euros. Les personnes morales à l’exception des partis ou groupements politiques ne peuvent contribuer au financement des partis ou groupements politiques, ni en consentant des dons, sous quelque forme que ce soit, à leurs associations de financement ou à leurs mandataires financiers, ni en leur fournissant des biens, services ou autres avantages directs ou indirects à des prix inférieurs à ceux qui sont habituellement pratiqués. »
 
Ainsi que le premier alinéa de l’article 11-5 de la loi précitée :
 
« Ceux qui ont versé des dons à un ou plusieurs partis politiques en violation de l’article 11-4 sont punis d’une amende de 3.750 euros et d’un an d’emprisonnement. »
 


Tarif Adhésion




• Vous pouvez également faire un don régulier au Parti de la France, afin de soutenir ses campagnes électorales :








Avant la fin Décembre  2017

Chaque don ou adhésion ouvre la possibilité d’une réduction fiscale de 66 % dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. 
 Ainsi, un don de 100 euros ne vous coûte réellement que 34 euros. 
Dès réception de votre don, nous vous enverrons un reçu à joindre à votre déclaration d’impôts.  

Merci pour votre soutien et votre fidélité à notre combat. 
  

ET AUSSI




Campagne d'hiver du Parti de la France



Rédigé le Samedi 25 Novembre 2017 à 16:51 | 





Campagne d'hiver du Parti de la France



Devant la multiplication des attentats et des agressions à l'égard des Français, la France et son peuple sont en état de légitime défense. 

Le Parti de la France s'inscrit dans une démarche de résistance nationale et appelle les nationaux et patriotes à le rejoindre. Cette volonté de résistance nationale se concrétise, dès à présent, par le lancement de notre campagne politique d'hiver sur le thème "Touche pas à mon peuple !"


• Ce matériel, disponibles sous forme d'affiches et d'autocollants, est à commandé ici



 

LA TRIBUNE DE BERNARD PLOUVIER ! SYNTHÈSE NATIONALE !

samedi, 09 décembre 2017

Jérusalem, capitale d’Israël : où est le problème ?

dralop.jpg
Bernard Plouvier

Au Nord de la Judée, sur quelques plateaux rocheux, existait il y a quatre millénaires un bourg fortifié, celui des antiques Jébuséens, dont le grand homme mythique était Melchisédech. 


Le fortin du Mont Moriah fut pris d’assaut à la fin du 11e siècle avant J.-C. par les sicaires d’un chef de guerre, unificateur de quelques tribus d’hébreux, le sieur David, tributaire du pharaon de son temps. 
On imagine les tueries, le pillage et les viols qui ont suivi.

Rien n’a changé en trois millénaires. Les Juifs ont choisi pour capitale de Judée la cité de Jérusalem, où Moïse, le créateur de Yavhé, n’avait jamais traîné ses sandales. 

Jésus de Nazareth y est venu prier et prêcher dans le Temple rebâti sur l’ordre du métis de Juive et d’Édomite (variante : Iduméen), Hérode le Grand, soutenu par Pompée puis par Marc-Antoine. 
Le plus beau des fils des hommes fut même crucifié sur le Mont Golgotha (où Adam était réputé enterré). 


Après une énième révolte juive, Hadrien, qui à la différence de Titus n’aimait pas les femmes et ne se souciait pas de prendre un giton juif, fit niveler en partie le site de Jérusalem et, pour avoir la paix, en chassa les Juifs.

Mahomet, l’inventeur d’Allah, calqué sur la divinité hébraïque, le racisme matrimonial et le séparatisme forcené en moins, ne s’est intéressé qu’à La Mecque, après avoir été chassé de Médine. 


Mais ses califes ont voulu annexer Jérusalem, que les chrétiens ont voulu reprendre. 

Il s’en est suivi trois siècles de guerres, de massacres, puis l’occupation ottomane, synonyme d’immobilisme et de paresse, fit entrer la région dans un état de quasi-néant.

Durant la seconde moitié du XIXe siècle, des milliardaires juifs de France et de Grande-Bretagne, effrayés de l’afflux de Juifs d’Europe centrale et orientale, achetèrent des terres aux seigneurs turcs de Palestine pour y implanter des foyers agricoles juifs. 
Ils n’eurent guère de succès.


Là-dessus, un Juif qui voulait à tout prix faire parler de lui, Theodor Herzl, reprit la vieille idée du retour à Jérusalem (en France, on en parlait au moins depuis le règne de Louis XIII). 

Ni le calife-sultan d’Istanbul ni les Juifs d’Europe occidentale ne voulaient de ce sionisme et l’opposition fut pire après 1918.

Les Britanniques, maîtres des pétroles d’Irak, d’Iran et de Mossoul, voulaient bien de quelques colonies agricoles juives et d’une cité côtière juive en Palestine – Tel-Aviv, sur le site de l’antique Jaffa -, mais il était pour eux hors de question de mécontenter les fanatiques mahométans en offrant Jérusalem aux Juifs. 


Les sanglantes bacchanales d’Adolf Hitler et quelques guerres, menées avec le soutien des USA où le lobby juif terrifie l’Exécutif par sa richesse, sa puissance médiatique et son pouvoir de nuisance, réglèrent la question et Jérusalem devint la capitale de l’État d’Israël, reconnue par la Russie du grand Poutine… et comme nous avons là un homme de grande intelligence, il n’a reconnu comme capitale israélienne que « Jérusalem-Ouest ».


Qu’en ce mois de décembre 2017, l’autre super-grand chef d’État, celui des USA, reconnaisse Jérusalem comme capitale de l’État hébreu ne peut étonner personne. 


Trump marque clairement qu’il en a assez de l’autre lobby, celui du pétrodollar qui finance le fanatisme mahométan.

Bien évidemment, il serait souhaitable que la direction US fasse preuve de la même intelligence politique que celle de Poutine et différentie clairement Jérusalem-Ouest, capitale israélienne, de Jérusalem-Est, future capitale de l’État indépendant de Palestine, peuplé d’Arabes. 


Ceci posé, si après l’instauration d’un véritable État palestinien, les fanatiques de Yavhé veulent tuer les fanatiques d’Allah et réciproquement, en quoi, nous autres Européens, sommes-nous concernés ? 


12:30 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier
 http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2017/12/09/

RÉSISTANCE EUROPÉENNE ! C' EST DIMANCHE À MULHOUSE !!!

Rappel : je serai à Mulhouse dimanche pour une conférence nationaliste, au plaisir d'y retrouver militants et sympathisants alsaciens !

 

COMMUNAUTARISME: L' ISLAMISATION DE LA FRANCE EST BIEN VOULUE ....

Edouard Philippe nomme un rappeur traitant les français de « porcs » au Conseil national du numérique



 

Le premier ministre Edouard Philippe a nommé (voir le Journal officiel) des nouveaux membres au Conseil national du numérique. “au titre des personnalités impliquées dans le développement du numérique aux niveaux local, national ou européen, ou concernées par ses effets”, indique l’ arrêté du 11 décembre.

Parmi les nouveaux membres du Conseil national du numérique, chargé de conseiller le gouvernement et de participer au débat public dans le domaine des technologies, figure aussi le rappeur Axiom, de son vrai nom Hicham Kochman.


Nous avons écouté ses « chansons » et dans le titre Lille Ma Médina, il dit : «  Je m’appelle Hicham et pas Stéphane voilà ce qui dérange les porcs, mes potes partaient dans le haram » . le « haram » est l’illicite en islam, et les porcs désigne les français de souche dans le vocabulaire des islamistes :

« on est vénère devant le racisme de ce pays »


Axiom est membre du collectif AC Le Feu, qui dénonce la « justice de race » française :

AC le feu, association financée par l’Etat pour calmer les « jeunes », avait publié des « cahiers de doléance » pour réclamer plus de « droits ». 

Outre l’autorisation du voile islamique dans la fonction publique et dans les entreprises privées, l’association remarque que la justice ne serait pas équitable :
   « Ainsi, c’est le sentiment d’avoir à faire à une justice de classe et de « race » qui se dessine. 

L’interpellation revient comme un leitmotiv au fil des cahiers : une justice plus juste ! »


Sur l’islam au point n°7 des « cahiers de doléance » :
« L’islam est sali par les médias, des personnalités « intellectuelles » ou politiques.
 Dans les cahiers de doléance, ceux qui s’expriment sur la religion parlent de l’islam. 
Si certains regrettent la loi d’interdiction du voile à l’école, l’essentiel des cahiers sur ce sujet évoquent l’inégalité que subit l’islam en France (concernant les lieux de culte, les cimetières …), les effets secondaires de la loi sur le voile en terme de regard social, de discrimination dans le monde de l’entreprise ou à l’embauche, et surtout, l’amalgame permanent entre islam et islamisme, islam et terrorisme »

-« Lutter contre les discriminations ou les insultes liées aux jugements de valeur sur le physique et les tenues vestimentaires (mini jupe ou voile) » .


Rokhaya Diallo, est aussi nommée dans ce conseil national du numérique par le Premier ministre ! 

Elle se dit “féministe intersectionnelle et décoloniale”, avait défendu cet été un festival afro-féministe organisé par le collectif Mwasi et interdit aux blancs.  

“Dans une société réglée par la suprématie blanche, il n’y a bien que la condition des Blancs qui puisse si largement émouvoir et réaliser une improbable coalition d’élus socialistes, de cadres du Front National, de trolls néo-nazis et d’institutions gouvernementales”, avait-elle expliqué.

Elle a critiqué l’expression “racisme anti-blanc” et qualifié l’islamophobie de “nouveau racisme”.

Edouard Philippe est connu pour jouer le communautarisme pour draguer le vote musulman. 

 Il a inauguré la mosquée radicale du Havre, et a fait retiré 8500 desserts des cantines du Havre car ils n’étaient pas halal.

Source:   http://islamisation.fr/2017/12/12 



ET AUSSI



Comment protéger les catholiques d’une future attaque islamiste ?

Publié le 12 décembre 2017 - par


En abrogeant l’urgence plutôt que l’Etat, le gouvernement a signifié qu’il s’accommodait de la menace (il a d’ailleurs appelé la population à s’y habituer) et la sortait de ses priorités.


Les profanations d’églises se multiplient, les attaques de foules aussi et il y aura d’autres sacrifices de prêtres. 

Cependant le gouvernement, qui continue de protéger les synagogues et sécurise maintenant les manifestations religieuses mahométanes illégales dans la rue, laissera les églises sans défense jusqu’au jour où il interdira la célébration des offices de Noël, au prétexte de quelques attaques de marchés de parvis.

Dans ce contexte la fiche sur la sécurité des rassemblements ecclésiaux, rédigée par Stratediplo il y a deux ans pour diffusion discrète par réseaux interparoissiaux mais malencontreusement objet d’une publication sensationnaliste sur internet, reste d’actualité. 

Tous les curés n’étant pas Dom Camillo, c’est une responsabilité collective des laïcs.

Cette fiche se base sur le quadruple constat d’une montée de la violence commandée, de son inflexion de la terrorisation aléatoire des foules vers l’intimidation ciblée de communautés, de la défaillance de l’État à protéger les populations, et du caractère durable de cette situation. Son objet immédiat est la sécurisation des célébrations de Noël qui ne seront pas interdites.


1- Introduction
A terme, l’orientation gouvernementale tendra certainement plus à faire fermer les églises qu’à les faire protéger par la police. 
Même l’effectif militaire maximum prévu en cas de crise majeure, récemment déployé avec solennité et à contre-emploi, n’y suffirait et n’était de toute façon pas tenable.
 Déjà pour la fête d’Hannoucah 2015, le gouvernement avait dissuadé les Israélites d’allumer leurs chandelles rituelles. 
Noël étant la fête chrétienne qui imprime le plus la vie civile en France, elle est le symbole que beaucoup de christianophobes veulent abattre.


2- Risques
Le risque à prendre en compte ici n’est pas celui de l’attaque chimique sur une ville, de la prise en otage d’une communauté par une bande armée ou du lancer d’un camion sur une foule, il est la commission d’actes spectaculaires par des individus isolés ou en très petit groupe, ciblant les communautés qu’ils sont chargés d’intimider : en clair, le massacre d’une église. 
Il s’agit d’un risque élevé et saupoudré, car il y a autant de cibles possibles que de paroisses, avec dans chacune des centaines de victimes potentielles, mais ces attaques sont imprévisibles et exceptionnelles. 
On peut considérer trois modes opératoires, le jeté d’une grenade ou d’une bombe artisanale, l’auto-explosion d’un « kamikaze », et la rafale d’arme automatique.
 Les deux premiers cas imposent d’être au milieu de la foule cible, le troisième cas impose d’en être proche et à vue.


3- Facteurs déterminants
Les attaquants gardent l’avantage de la surprise, du lieu et du moment ; tant qu’ils comptent sur l’impréparation de leurs cibles ils ne prendront pas la peine de se cacher, surgissant en pleine lumière les armes à la main (sans longue approche nocturne par les fourrés). 

D’autre part, et cela fait partie de leur stratégie de communication pour frapper les esprits et paraître une fatalité imparable, ils sont généralement consommables et agissent sans esprit de retraite ; prêts à mourir pour tuer, ils ne sont ni prêts à se battre, ni préparés ou équipés pour cela. 

Et leur apothéose finale étant aussi une déclaration, ils sont enclins à la commettre en tenue de « départ », en noir et avec la barbe (tant que ça n’est pas une entrave à leur circulation). 

Ceux qui prévoient d’en réchapper éviteront d’attaquer des églises urbaines.



4- Moyens de parade
Eu égard au devoir de protection on peut envisager une parade en trois temps, à savoir alerte, fixation et neutralisation.

Devant une église à l’heure de la messe (pas dans un quartier 24 heures sur 24) et selon la configuration des lieux, le dispositif d’alerte peut consister en une seule personne, qui ait une vision sur l’entrée de l’église et sur l’aire de stationnement. 
Compte tenu du délai très court (l’assaillant parcourt cinq mètres par seconde) il faut proscrire tout moyen d’alerte compliqué ou indirect comme radio où l’émetteur doit mettre en œuvre et parler, et le récepteur doit écouter et diffuser. 
Il faut un avertisseur instantané, même au prix de la vie du guetteur, et immédiatement entendu à l’intérieur du bâtiment (en dépit des chants) par tous, intervenants et public : sifflet puissant, pistolet d’alarme, sirène, klaxon de voiture ou gros gong.

Le dispositif de fixation, ou piquet d’intervention, a pour objet d’interdire ou de retarder l’irruption du ou des intrus dans le bâtiment. Il est donc constitué d’une poignée à une dizaine d’hommes, qui participent normalement à l’office mais restent groupés près de l’entrée sensible car ils n’auront que quelques secondes pour réagir et ne pourront pas traverser alors l’assistance. 

Pour cette même raison leur équipement doit être sur eux (matraque télescopique ou bombe de gel) ou aligné au mur près de l’entrée (manches de pioche). 
Dans la plupart des cas une poignée d’hommes suffira à fixer à l’extérieur un à trois agresseurs porteurs d’une bombe artisanale ou d’une ceinture explosive. 
Ceux-ci seront alors immobilisés jusqu’à l’arrivée des forces de l’ordre, ou se feront exploser sans avoir pu entrer. 
Dans le cas d’armes automatiques, le piquet d’intervention ne suffira pas à arrêter les agresseurs, bien qu’il leur fasse dépenser une partie de leurs chargeurs (ces gens-là pratiquent l’arrosage intensif), mais il aura retardé leur entrée d’une minute ou deux.


Le dispositif de neutralisation est subsidiaire, car plus délicat à mettre en place et moins systématiquement utile. 
Il s’agit d’une personne portant une arme à feu et chargée d’éliminer un terroriste porteur d’arme automatique. 
Si elle est équipée d’une arme d’épaule elle doit se trouver à l’extérieur, ou dans un bâtiment voisin, avec vue sur l’entrée où le piquet d’intervention retardera les attaquants pendant une minute. 
Si elle n’est équipée que d’une arme de poing elle doit rester cachée dans l’entrée pour neutraliser les assaillants par derrière lorsqu’ils feront irruption dans la nef, concentrés vers l’avant.


5- Conclusion
Alors que beaucoup d’établissements recevant du public ne sont que des lieux de passage, les paroisses sont des communautés organiques disposant d’un noyau de réguliers. 
De même qu’on organise un tour de quête ou de lecture, toute paroisse où se retrouvent régulièrement des habitués devrait pouvoir organiser au moins un tour de guet extérieur et un piquet d’intervention. 

Cela ne coûte rien, maintient l’affluence des fidèles rassurés, et peut sauver des centaines de vies. 

C’est aussi un début de responsabilisation, qui extrait de la passivité et prépare à d’autres relèvements. 

Le Chrétien a mission de témoignage, à l’opposé de la soumission (« islam » en arabe), et si la terreur soumet, la sécurisation libère. Les banques ont des vigiles pour rassurer les clients et les manifestations de rue ont des services d’ordre pour écarter les provocateurs.

Cette fiche pratique pourrait utilement être discutée dans chaque conseil paroissial. Les compléments constructifs sont bienvenus en réponse à cet article. 

Pour mémoire, il est interdit de porter une arme blanche mais pas d’en posséder, il est loisible à un gendarme ou un policier d’aller à la messe en tenue, et rien n’empêche les chasseurs de tenir un rendez-vous cynégétique au café en face de l’église.


Stratediplo
www.stratediplo.blogspot.com




https://www.parti-de-la-france.fr/

L' INDUSTRIE FRANÇAISE ET LA TECHNOCRATIE EUROPÉENNE ........


Tandis que Macron rêve, l’industrie française continue de « crever » !


Par Marc Rousset 


Macron, ce technocrate rêveur de l’ENA, nous parle de l’Europe qui protège d’une façon abstraite avec des mots enchanteurs, mais la triste réalité, c’est que l’industrie européenne continue de « crever » sous les coups du libre-échange mondialiste.

ArcelorMittal et les sidérurgistes européens sont montés tout dernièrement au créneau pour lutter contre le dumping chinois et ont obtenu, dans le cadre de l’Union européenne, des protections tarifaires ainsi qu’une réduction des surcapacités chinoises de production. 

Mais le festival continue dans d’autres secteurs industriels.

Dans l’aluminium, la Chine connaît des surcapacités de production qu’elle subventionne, grâce à son emprise étatique, en vendant l’énergie chinoise à des prix ridicules, ce secteur étant un très gros consommateur d’électricité, ce qui est déterminant pour le prix de revient. 

Alors que les droits de douane américains sont très élevés et susceptibles encore d’augmenter, les droits de douane européens ne sont que de 7,5 %.

50 % des bobines et profilés en aluminium sont aujourd’hui importés et le nombre de sociétés productrices en Europe est passé de 40, en 1990, à 15, en 2017. 

Ce secteur industriel va donc avoir à se battre tout comme celui de l’acier européen.

Le secteur européen du silicium, qui sert à fabriquer les batteries de voiture électrique, doit faire face lui aussi à la surcapacité chinoise et au dumping chinois. 
Alors que la Chine produit 4,6 millions de tonnes par an, la consommation mondiale n’est que de 2,7 millions. Tandis que les États-Unis ont un droit de douane de 139 % et que le Canada l’a même porté à 235 %, les braves Européens en sont toujours à 16,8 % !

Les règles de l’OMC et de Bruxelles pour contrôler et calculer le dumping chinois sont mises à mal en Chine, tant les intérêts de l’État, du parti et des entreprises privées chinoises sont étroits et interpénétrés. 

Là encore, tout comme pour le droit-de-l’hommisme en matière d’immigration, la naïveté technocratique européenne n’a pas de bornes. 


Et le bouquet, c’est que l’Union européenne vient de changer ses méthodes d’analyse du dumping, ce qui aura pour effet de diminuer encore davantage la protection douanière de « l’Europe qui protège » de monsieur Macron. 

Il suffirait donc que les prix baissent encore très légèrement pour que tous les emplois industriels dans le secteur du silicium en Allemagne, France (1.000 emplois) et Espagne soient perdus définitivement, avec en plus la perte définitive de technologie.


Et, en même temps, l’Union européenne, dont c’est la seule raison d’exister semble-t-il, continue à passer des accords libre-échangistes avec le Canada et la Corée du Sud pour achever le patient industriel européen. 

La seule lueur d’espoir vient, paradoxalement, de Trump qui fait tout pour mettre à mort la machine infernale libre-échangiste de l’OMC à Genève. Trump, par exemple, se refuse à nommer des juges pour les organes d’appel des différends entre pays, afin de paralyser l’OMC.

Pour nous sortir d’affaire avec un taux de chômage minimum réel en France de 20 %, Macron ne pense qu’en termes de jeunes pousses, alors qu’il faut penser bien évidemment aux emplois à venir des jeunes pousses, mais d’abord et aussi à préserver les emplois industriels ainsi que les technologies existantes.


Il est peu probable que les emplois futuristes à venir des sciences de la vie et des technologies nouvelles comblent les trous béants de nos emplois industriels, de la disparition complète d’industries telles que l’industrie du textile. 
Le marché de dupes de la pensée unique, c’est que pour calmer les craintes des peuples, on nous avait assuré depuis le Kennedy Round en 1967, avec des menteurs bien rémunérés du style Pascal Lamy, que l’Europe aurait les emplois rémunérateurs d’avenir et que les pays émergents auraient seulement les emplois industriels mal payés, polluants du passé.

La vérité, c’est que la Chine va mettre toute l’Europe au chômage en ayant même plus d’emplois d’avenir que l’Amérique des GAFA si les Européens ne réagissent pas avec des murs douaniers – ce qu’a très bien compris Trump -, d’autant plus qu’on ne compte plus la disparition des sièges sociaux et des groupes industriels en France (Alcatel, Pechiney, Lafarge, Sacilor, Alstom, Technip…).   
41LRKbfMFHL._SL300_.jpg
Économiste
Ancien haut dirigeant d'entreprise




Source:    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/12/12/

SANTÉ: LE PROBLÈME DES ALGÉRIENS .......

 
Une nouvelle loi permettra aux Algériens de venir plus nombreux se faire soigner en France
 
 
 
Publié par Ftouh Souhail le 12 décembre 2017

Quelques jours seulement après la visite du Président français Emmanuel Macron en Algérie, les lobbyistes algériens de l’Assemblée Nationale Française s’activent pour voter un projet de loi autorisant l’approbation du protocole annexe à la Convention générale entre la France et l’Algérie sur la sécurité sociale du 1er octobre 1980.

Ce protocole relatif aux soins de santé dispensés en France aux ressortissants algériens permet aux Algériens de bénéficier des soins nécessaires en France.

 Ce protocole de soins (Assistance publique – Hôpitaux de Paris) entre les gouvernements algérien et français a été signé le 10 avril 2016.

Le projet de loi pour mettre en oeuvre ce protocole, semble être bloqué depuis février 2017.


Ce texte de loi, qui concerne les assurés sociaux et démunis non assurés sociaux résidant en Algérie, a pour objet d’inscrire, à l’avenir, l’accueil des patients algériens dans les établissements hospitaliers français. 
Il est conçu pour couvrir une grande partie de la population algérienne.


Selon le rapporteur de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée française, Michel Fanget, le nouveau protocole «devrait permettre de resserrer nos liens avec le peuple algérien en répondant mieux à ses besoins dans ce domaine essentiel qu’est la santé».


On est en droit de se demander à quoi peut servir l’indépendance de ce pays musulman riche en hydrocarbures s’il est toujours incapable de soigner sa propre population ?


Ce texte de loi, qui va permettre de faciliter l’arrivée des patients algériens en France (et donc encombrer les hôpitaux parisiens) recommande aux consulats français de «jouer le jeu» en délivrant «rapidement» des visas aux patients qui s’inscriront dans le programme.


Le gouvernement algérien se chargera des remboursements qui seront effectués dans un délai de trois mois sur la base d’un décompte global semestriel des créances. 

La Caisse algérienne devra verser à la France pour chaque exercice des avances sur la base de 35% du montant des créances soldées.

La France, qui est aux prises avec des déficits budgétaires gargantuesques, sabre actuellement dans ses dépenses de santé. 

Quelque 20 000 emplois sont menacés dans les hôpitaux du pays, ce qui risque d’amputer fortement la qualité des soins.

C’est l’inquiétude chez plusieurs groupes de médecins, car les Algériens qui arrivent pour soigner en dehors de ce cadre organisé, sont déjà assez nombreux.


Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ftouh Souhail pour Dreuz.info.

SAINT-NAZAIRE ( 44 ) : UN PROCÈS JUBILATOIRE .......

Saint-Nazaire : procès jubilatoire au tribunal, celui du barbare Aïd !


Saint-Nazaire : procès jubilatoire au tribunal, celui du barbare Aïd  ! Illustration : Jean-Claude Blanchard    ( au centre, lunettes de soleil et chemise blanche) et ses amis.


Le père Noël est passé pour les patriotes, il ressemblait à Maître Pichon


En effet, le Père Noël, a, cette année pris des libertés avec le calendrier.


 Il est passé avant l’heure, au Tribunal de Grande Instance de Saint-Nazaire, pour une distribution inattendue et Ô combien jouissive, pour nous autres Patriotes, non pas de cadeaux (les mauvais sujets ne les méritent pas) mais de claques magistrales bien méritées et en flots continus. 

Les récipiendaires n’en demandaient pas tant.


 Mais il s’agissait de laver l’affront fait à un Brave,  Jean-Claude Blanchard.





Nommons les choses : les « garnements » en question avaient pour noms : association musulmane, MRAP, LDH, incurables « sacripants», avides de subsides, qui n’ont de cesse de nous pourrir la vie au quotidien, sous des prétextes fallacieux, toujours jugés recevables : Parties Civiles.


 Le Brave, Patriote de mes Amis, j’ai nommé Jean-Claude Blanchard : Conseiller municipal de Saint-Nazaire et Conseiller Régional Front National de Loire-Atlantique. 

Brave parmi les braves :  Prévenu.


Le Père Noël avait troqué l’habit rouge pour la robe noire, et portait au col l’hermine (chère aux Bretons) des défenseurs des nobles causes: Maître Pichon, Avocat.

 La distribution des cadeaux, pardon, l’audience était prévue à 14h. Auparavant, 2 affaires à traiter. Il nous fallut patienter jusqu’à 17h pour que notre tour arrive. 
Le temps pour notre Père Noël de garnir sa hotte !


 Le lot quotidien des tribunaux nous fut infligé: deux jeunes gens, tout juste majeurs, chacun une quinzaine d’affaires au compteur, des garnements, si l’on en juge à la légèreté des peines infligées.
 En cours de rédemption, aux dires de leurs avocats. Ils sortiront au printemps. Blancs comme neige !

Vint notre tour. Prévenu et partie civile déclinent leurs identités et qualités. 

Le Président de l’association musulmane de Saint-Nazaire larmoie sur le préjudice subi par sa communauté. 

L’article publié par Jean-Claude Blanchard, dénonçait la mise à disposition d’une salle municipale pour l’aïd, et induit en erreur par un informateur mal avisé, s’indignait du possible sacrifice d’animaux dans l’enceinte d’un gymnase. 

Bévue reconnue et excuses présentées rapidement par communiqué. Pas suffisant…


Première salve de Maître Pichon à l’adresse de l’imam: « Qu’est-ce que l’aïd » ? 


Président de l’association musulmane  : « Une fête familiale, religieuse, un moment de partage et de fraternité ».

 Maître Pichon : « Mais encore ? »


Je vous la fais brève, mais avant que le public ne soit avisé, par le musulman lui-même, qu’il s’agissait du sacrifice rituel d’un animal, ce que tout un chacun sait, les anges ont peuplé la crèche du petit Jésus. 

Crèche que le citoyen Samzun, maire de la ville, ne voudrait accueillir dans aucune enceinte municipale.

 Je ne suis pas un chroniqueur judiciaire et il est tard.

 Les avocats de la partie civile ont fait leur boulot, convenu, attendu, la logorrhée habituelle qui fait leur fonds de commerce : stigmatisation , diffamation, préjudice, réparation… blablabla.


Je ne ferai pas l’offense à Maître Pichon de résumer sa plaidoirie. 

Quel talent, il les a tous , procureur, avocats, associations, pulvérisés, atomisés, mis en orbite. Ils n’ont pas fini de tourner et de déballer les cadeaux qu’ils n’avaient pas commandés.

 Le patriote laïque que je suis, ardent défenseur de la séparation des Eglises et de l’Etat, ne le remerciera jamais assez d’avoir, dans l’enceinte d’un tribunal prononcé ces mots : égorgement sans étourdissement dérogatoire à la loi générale, takkya, liberté d’expression, libre critique la religion musulmane, et « last but not least » (désolé pour l’anglicisme Christine) d’avoir laissé entendre que la religion catholique, dont nous sommes les héritiers, entre autres, a depuis longtemps, substitué un sacrifice symbolique à un rite abject, sanglant, incompatible avec nos valeurs, républicaines, laïques, fraternelles, indignes à l’égard du règne animal.


Chapeau bas l’Artiste, pardon Maître !

Les associations malveillantes sont habillées pour l’hiver. C’est cadeau ! Pour une fois, je jubile, que les autres, qu’ils chérissent, passent avant les nôtres..


Les nôtres à qui je souhaite de Joyeuses Fêtes de Noël.


Nous serons présents pour les étrennes !

Verdict le 24 janvier 2018 à 14H.



 Source:   http://resistancerepublicaine.eu/2017/12/13

Merci Jean-Pierre B.

ÉCONOMIE: LA FACE CACHÉE DU BITCOIN !

 TRIBUNE LIBRE !

Blanchiment d’argent, darknet, transactions illégales : la face cachée du Bitcoin


darknet_bitcoin


08/12/2017 – 16h15 Montpellier (Breizh-info.com via Lengadoc Info) – 

Bienvenue dans le monde anonyme et intraçable du Bitcoin. 

Malgré son aspect moderne et révolutionnaire, le Bitcoin nous livre toutefois une face quelque peu moins connue du grand public. 

Analysons cette monnaie taillée sur mesure pour la mafia et les trafiquants en tout genre.

Le bitcoin est ce que l’on appelle une “crypto-monnaie”, que l’on définit par « monnaie numérique ». 

Elle a l’avantage de l’anonymat, ce qui en fait la monnaie la plus utilisée sur le marché noir devant l’espèce. 

En effet, aucune banque centrale ne peut réguler cette monnaie de par son internationalisation, elle n’est liée à aucun état, ni régulée et totalement autonome. 

Tel l’euro, le bitcoin est basé sur la confiance, et n’est garanti par aucune valeur. Chaque utilisateur est libre de stocker son portefeuille à l’endroit qu’il souhaite puisqu’il n’existe aucun système centralisé. 

Ce qui revient à démontrer qu’aucune banque ni aucun état ne peut contrôler les flux financiers .

Le silkroad, route de la soie

Cette plateforme est le plus grand marché noir du net, accessible grâce au moteur de recherche “Tor” que l’on télécharge simplement depuis google. 

Appellé le système de “l’oignon”, cela permet de brouiller et d’effacer l’adresse IP de l’utilisateur lui rendant son caractère intracable afin de surfer librement sur des sites “.onion”. 

L’achat de drogues, d’êtres humains, d’armes, de tueurs à gages à l’aide de bitcoin devient accessible à tout intéressé avec le minimum de connaissances informatiques requis. 

Les achats sont garantis par un dépôt fiduciaire : l’argent est placé dans les mains d’un tiers qui ne le reversera au vendeur qu’en cas de réception de la marchandise (l’équivalent de Paypal dans les transactions légales).

Dans notre économie réelle, blanchir dans des institutions financières sans corrompre des agents, payer des frais et des impôts, passer par les dessous de table afin de régulariser et nettoyer de l’argent sale devient peu évident : tout cela a un coût. 

Le système du bitcoin quant à lui offre l’avantage d’être converti tout simplement d’euro en monnaie bitcoin sans frais, en toute discrétion. 

De plus, il sera utilisé sans donner sa véritable identité.

Venons en à ce que nous voulons savoir : comment font-ils ? 

Tout simplement, le malfaiteur envoie son argent liquide anonymement vers des sites spécialisés en bitcoin, puis peut les sauvegarder pour les revendre anonymement en transmettant son opération à plusieurs plateformes d’échanges pour convertir ses bitcoins en euros.

Trois phases sont nécessaires :

•le placement : injecter de grandes quantités d’argent dans le système bitcoin

•le lavage : décupler et divulguer cet argent dans de nombreux espaces pour ne pas être suspecté

•le recyclage : reconvertir le bitcoin pour redevenir monnaie réelle tout en gardant l’anonymat.


Vous comprenez maintenant de mieux en mieux les réticences des états tels que la Chine, l’Inde et le monde de la finance face à ce phénomène.

L’exemple indien

Tout le monde connait la technique de la petite enveloppe avant d’entrer chez le notaire ? Et bien le bitcoin peut également faire l’affaire.

Suite au retrait brusque de l’argent liquide fin 2016 à l’initiative du gouvernement de Modi, les agents immobiliers incitent fortement les investisseurs à acheter de la pierre avec du bitcoin.

 Le quotidien DNA a révélé une enquête du jeudi 23 novembre 2017 sur le remplacement de l’espèce par le bitcoin dans le secteur de l’immobilier, secteur favori des blanchisseurs.

“Au lieu de payer une partie de leur investissement dans la pierre en cash, les acquéreurs optent désormais pour les bitcoins, notamment les Indiens résidant à l’étranger qui, en quelques frappes sur leur clavier d’ordinateur, peuvent effectuer facilement des virements”, raconte à DNA un agent immobilier.


Finies les valises pleines de billets à porter ! 

Selon DNA, déja 70% des agents immobiliers effectuent des transactions en bitcoin en promettant aux investisseurs des retours sur investissement de l’ordre de 300% en quelques mois, alimentant la spéculation boursière sur le bitcoin puisque 2500 nouveaux adhérents au bitcoin sont comptabilisés chaque jour en inde.


Bertrand Leuenberger


Photos : DR
Crédit illustration : DR [cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine



 ET AUSSI


 ECONOMIE

Impôts : nous sommes les champions !


Cocorico ! La France est championne du monde de l’imposition ! 


Si cette première place n’est pas une surprise renversante au vu des scores passés (dans son palmarès 2016, l’OCDE classait la France en 2ème position), un seuil psychologique vient tout de même d’être franchi avec cette annonce d’Eurostat. 

Elle est présentée et commentée par Jean-Baptiste Boone, chargé d’études à l’Institut de recherches économiques et fiscales (IREF), un institut privé et indépendant sans but lucratif qui milite pour la liberté économique et la concurrence fiscale.

Ce score signifie que le montant total des impôts et taxes ramené au PIB est le plus important en France. En matière de pression fiscale, la France a dépassé ses principaux challengers, la Belgique et le Danemark.

Les Français travaillent la moitié de leur temps au service de l’Etat qui prélève 48% de leurs revenus chaque année (34% en 1965). 


Mais ils sont (relativement) anesthésiés par la force de l’habitude et l’obscurité de la fiscalité étalée sur différentes assiettes : TVA, ponctions opérées sur les salaires, taxes sur les entreprises, droits de douanes, tandis que les prélèvements issus des impôts sur les revenus ou le patrimoine ne représentent que 26% du total (contre 63% au Danemark).

A ces ponctions s’ajoute le poids de la dette, le budget de l’Etat étant constamment déficitaire (de 3,7% en moyenne) – contrairement à  celui de notre « rival » danois qui équilibre ses comptes.

Quant à la taxation sur les entreprises, la France se classe au 188ème rang mondial sur 211 pays alors que le Danemark fait partie des bons élèves : il est au 29ème rang. 


« La pression fiscale sur les entreprises est 27% plus importante en France qu’en Allemagne et 2 fois plus forte qu’outre-manche ».

Conclusion : « Il n’y aura pas de diminution des prélèvements obligatoires sans diminution de la dépense publique. »


 Or, le projet de loi de finance 2018 ne prévoyant qu’une baisse d’un point du taux de prélèvements obligatoires d’ici 2022, « objectif ridiculement faible », « il ne faut pas s’attendre à une nette amélioration ».


https://www.laselectiondujour.com/

MIGRANTS: DES SYNDICALISTES MÉCONTENTS ........

Publié par Paz le 12 décembre 2017

La CAF finance un clip vidéo faisant la promotion du voile islamique … « au nom de la laïcité » !

C’est ce qu’il ressort de la vidéo du « Laboratoire limousin de la Laïcité » où l’on voit une femme voilée dont le voile représente précisément « la laïcité ».

Cette vidéo a été signalée par Waleed Al-husseini que nous remercions.
 Vidéo:   https://www.youtube.com/watch?time_continue=4&v=x-2hkGd7eB0
 https://www.dreuz.info/2017/12/12/la-caf
ET AUSSI


Nantes. La CFDT solidaire des migrants – des syndicalistes mécontents


migrants_cfdt


13/12/2017 – 06h00 Nantes (Breizh-info.com) – 

On connaissait la CGT – syndicat en perte de vitesse – appelant à voter contre Marine Le Pen et à chasser les électeurs FN de son syndicat. 

On a désormais la CFDT menant des actions en faveur des migrants plutôt que de se concentrer sur le sort des travailleurs français.


« Aller prendre un café, déjeuner au restaurant, visiter un musée ou tout simplement être invité pour discuter… Ce sont des moments de socialisation, d’intégration importants pour les nouveaux migrants/réfugiés politiques qui viennent de s’installer à Nantes ou sur la Métropole. Nous proposons à des militants, élus, sympathisants CFDT (les parrains) d’accompagner des réfugiés (les filleuls) sur une période de 6 mois à raison d’au moins une rencontre par mois.»


Voici l’email qu’envoie Franck Truong, secrétaire général de la CFDT de Loire-Atlantique, à sa liste de diffusion. 

Ce dernier poursuit :
C’est l’Opération Duos de Demain à laquelle chaque militant(e) peut contribuer. C’est une marque de solidarité, un moment de partage et la richesse des rencontres pour chacun.

Ce sont à ce jour des familles Syriennes en situation régulière sur le territoire ayant obtenu le statut de réfugiés bénéficiaires d’une protection internationale et accompagnées socialement qui sont preneuses de ce moment de lien social et d’échanges informels. 

Nous vous proposons une rencontre d’information avec France Terre d’Asile pour lancer l’opération « duo de demain » à Nantes et porter votre candidature en tant que Parrain/Marraine le :
Mardi 23 janvier de 14H à 16H30 à Nantes – 9 place Gare de l’Etat – Locaux CFDT – salle 115 Inscription à la rencontre obligatoire par mail.


A noter que la LFP (Ligue Professionnelle de Football), dont les clubs n’hésitent pas il est vrai à piller l’Afrique de ses talents, est partenaire de l’évènement.



Un email qui fait bondir plusieurs militants de la CFDT qui nous ont contactés :
« J’ai choisi de me syndiquer à la CFDT pour faire valoir mes droits et dans un esprit de solidarité avec mes collègues de travail, et certainement pas pour favoriser l’arrivée de clandestins.

 Les nôtres avant les autres ! Et Dieu sait qu’il y a de quoi faire, entre les chômeurs, les SDF français ,les français qui n’arrivent pas à se chauffer correctement, les familles mono-parentales françaises, etc. 
Bref, il n’y a, hélas, que l’embarras du choix. Pourquoi cette priorité à l’ Etranger ? alors que beaucoup de syndiqués souhaitent que leurs confédérations se cantonnent aux droits des travailleurs. 
D’ailleurs cette propagande n’est même pas relayée par les sections syndicales dans les entreprises, c’est dire le rejet de cette politique par les adhérents, y compris les responsables. » nous écrit Hervé.


Bertrand lui, est plus radical : « j’avais choisi la CFDT parce que la CGT faisait trop de politique. 

Je vais renvoyer ma carte. Il faut en finir avec les syndicats actuels qui ne représentent plus personne de toute façon, et qui sont avant tout idéologiques et corporatistes. 

Si Macron avait un peu de courage, il mettrait les pieds dans le plat sur un sujet trop longtemps mis de côté ».


Pour l’extrême gauche et les syndicats, qui peinent à recruter au sein de la population autochtone, il semblerait que l’arrivée massive d’immigrés soit du pain béni pour de nouveau garnir ses rangs de tous « les damnés de la terre » …


Crédit photo : DR [cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les Français lucides ne veulent pas d'une « droite hors les murs » mais que l'on foute les envahisseurs hors de nos murs