Google+ Badge

mardi 21 novembre 2017

HUMOUR ??? LA SOLUTION EST DANS LE COCHON !!!

Enfin une bonne nouvelle


                    PEUT ETRE UN ESPOIR DE RETROUVER NOTRE PAYS


 

JE TRANSMETS AVEC LE PLUS GRAND PLAISIR.

À AFFICHER SUR LES MURS DES HÔPITAUX. . .



Don du sang ! On n'y pense pas...!


 Je donne mon sang et je mange du porc, mais... ?


Mais ALORS ?


Mon sang aurait-il servi à sauver un musulman ? 


Si cela s'est produit, je l'ai contaminé....


Mes excuses, je ne l'ai pas fait exprès...




ET LE COCHON, C'EST TELLEMENT BON !
                                

Il faut vénérer le cochon,lui seul peut nous sauver


 Y aura-t-il du sang Hallal pour les transfusions pour ces messieurs et dames enFrance ?
 

Vive le cochon ! alors là, je me régale !
 

 J'imagine la tronche que certains vont tirer en prenant connaissance de ce que je viens de vous apprendre !!!  

La bonne nouvelle, la voilà:


C'est une arme redoutable pour se débarrasser de la smala qui nous envahit, qui veut nous niquer, nous descendre et j'en passe...


 Il faut absolument qu'ils sachent que depuis toujours (reconnu par les pharmaciens !) dans presque tous les médicaments, gélules, crèmes, cosmétiques, rouges à lèvres, suppositoires, il y a du
GRAS DE PORC !


 Alors, il faut les informer généreusement


    MAINTENANT, ils ne pourront plus se soigner, ni se maquiller, ni se traiter, ni embrasser nos femmes, au vu de leur "RELIGION"



 Voilà une bonne nouvelle !
      
                   
 Prescrivez abondamment cette ordonnance sur internet et ailleurs.



Il faut que tous le sachent !
Vive la médecine moderne.




Sauvons la  BELGIQUE ET LA   FRANCE, prions tous SAINT COCHON
 



Merci Thierry S.

lundi 20 novembre 2017

ISLAM: ÊTRE MUSULMAN ET DJIHADISTE.......... ( SALEM BENAMMAR )



On ne peut être musulman sans être djihadiste

Publié le 20 novembre 2017 - par

Peut-on être musulman tout en récusant la Charia, la loi de l’islam ? 

Celui qui dit qu’il peut l’être, soit il se ment à lui-même, auquel les pires châtiments sont promis, soit il est apostat. 

Le musulman est celui qui pense, respire et vit par et pour l’islam 24 heures sur 24.


On ne peut pas être musulman sans appliquer l’islamisme qui est l’islam foi et loi. 

Religion, État et cité.

L’islam n’est pas seulement un culte comme un autre contrairement à ce que croient la majorité des musulmans et les collabos en Occident. 

 C’est un système politique totalitaire qui marie le profane et le sacré. 
 Et malheur à celui qui ne se reconnaît pas dans l’islamisme qui englobe tous les aspects de la vie dans les moindres petits détails, du plus intime jusqu’à l’organisation de la société et de l’État lui-même. 

Tout est verrouillé par sa loi qui ne laisse aucune marge de manœuvre à l’homme. 

L’initiative privée est jugée attentatoire à ses dogmes. 

L’homme n’a pas à décider de ses choix de vie. Allah le fait pour lui. Il lui doit obéissance absolue ainsi qu’ à Mahomet. Ils dictent et le bon musulman exécute.


Et celui qui pense qu’il peut être musulman sans consommer l’islam comme un mort de faim ferait mieux d’abjurer l’islam s’il en a le courage.

L’islam est l’intransigeance dogmatique par excellence.

 Inflexible et ultra-rigide, une prison mentale et sociale. 

Si l’immodération et l’excès pouvaient avoir un ADN ce serait celui de l’islam.

La particularité de islam est de ne pas avoir bridé les pulsions humaines les plus viles et bestiales. 

Il les a sublimées pour en faire une récompense dans l’au-delà pour ceux qui ont bouffé l’islam plus que de raison à l’instar des islamistes guidés par l’insensé et la déraison, alléchés par l’érection éternelle et l’ivresse à ne plus en avoir soif.

Jamais un esprit sain ne prendrait le paradis pour un lieu de débauche et de luxure.

 Un empire des sens où la conduite immorale et répréhensible sur terre est la norme.

L’islamiste pour qui l’islam est la paix par l’épée, et il n’y a de loi que la sienne, a au moins le mérite d’être en cohérence avec les préceptes coraniques et la Sunna mahométane, contrairement au tartuffe musulman qui veut accommoder l’islam. 

L’islam n’est pas un costume sur mesure, c’est une pièce de taille unique fabriquée avec le même tissu que l’on doit porter en tous temps et tous lieux.


Salem Ben Ammar     http://ripostelaique.com/


ET AUSSI



Share




La bande Kessel-Clavreul : des malfaisants

Publié le 20 novembre 2017 - par

En regardant le colloque  ( http://ripostelaique.com/le-delateur-clavreul-decore-par-les-francs-macs-du-clr-a-la-mairie-de-paris.html )  où s’entre-décoraient ceux que j’ai appelés une bande de malfaisants, je vais expliquer pourquoi je les estime tels.


Je n’expliquerai pas aujourd’hui pourquoi scier une croix me paraît absurde d’un point de vue féministe, car l’explication dépasse le cadre d’un article.


Je passerai sur les conduites honteuses de certains des participants.

 Notamment l’attitude des Femen actuelles et de Caroline Fourest envers les fondatrices ukrainiennes du mouvement. 

Lire le livre d’Olivier Goujon à ce triste sujet.

Un rappel important sur les Femen.
 Leurs premières actions étaient de vraies actions militantes contre la prostitution qui ravageait le pays.
 Les hommes arrivaient de partout pour acheter le corps de femmes gagnant dans les cent euros par mois, dans un pays ouvert à tout va. 

Les Femen débarquaient dans les lieux de prostitution. 

Leur tenue était un défi aux acheteurs, un message adapté à ces situations. Loin du clinquant des cérémonies républicaines entre bourgeois français.

Revenons donc à nos pitreries nationales.

Je me contenterai de souligner quelques-unes des idées lumineuses de cette joyeuse petite bande.


Florilège :
Dogme occidental : critiquer une religion = être nazi, critiquer le christianisme vu par les papes = être antinazi.
Les féministes sont contre toutes les religions et, en tant qu’antiracistes, elles jugent inacceptable de juger la religion d’autrui.
Les féministes laïques ne sont que contre l’intégrisme kto. Ex d’intégrisme ? Le Pape.
Les féministes ne sont que contre l’intégrisme islamique. Ex d’intégrisme ? Al-Azhar.
Les féministes en tant qu’antiracistes sont contre les discours de haine. Mais en tant que laïques elles ne s’immiscent pas dans les théologies.

Les démocrates sont strictement pour la régularité des élections et contre le bourrage des urnes.
 Mais en tant qu’universalistes antinazis ils sont pour l’immigration libre.



Conclusion : a t on le droit d’être féministe, universaliste, démocrate, sans être débile ?
Pour ma part, je prends ce droit-là.
Bref, cette bande de malfaisants, c’est d’abord la bande à neuneu.
Côté Vatican, on ne vaut guère mieux.

Les chrétiens sont pour la défense des plus petits. Mais contre la guerre.

« Être contre l’immigration, c’est du fasciiisme identitaaaiiiire », hurlent ils tous en chœur !


Réponse de Sara, koweiti de 23 ans exilée aux USA, pour échapper au sort des femmes sous la charia :
« Si vous voulez faire venir mes agresseurs dans le pays que j’appelle aujourd’hui ma maison, vous méritez cinq ans de coups de pieds au derrière !  

Quand les féministes occidentales me disent qu’il faut laisser venir les immigrants musulmans, je le prends de manière très personnelle : c’est la négation de ce que j’ai vécu, c’est un acte contre moi. »


L’Ocident sombre dans le crétinisme. Le manque d’iode en est certainement la cause.

 C’est pourquoi il faut aimer les huîtres. 

Et être charitable avec ceux qui en ont le QI sans doute.


Elisseievna

FRANCE: LA DÉMOCRATIE FAÇON CESE ??? TRIBUNE LIBRE !



Deux mesures

Le CESE a tranché : 200.000 signatures de gauche pèsent plus que 700.000 de droite !

Chacun se souvient de cette pétition de février 2013, portée en procession solennelle au CESE par tout un aréopage de militants de la Manif pour tous

Ecrivain, journaliste
Son blog
« Qu’est-ce qui pèse le plus lourd ? Un kilo de plume ou un kilo de plomb ? » Qui ne connaît pas cette bonne blague de cour de récréation ? 

Comme pour la couleur du cheval blanc d’Henri IV, celui qui se fait prendre est un crétin : passé 10 ans, tout cela, n’est-ce pas, est évident. 

Sauf au CESE. 

Dont les membres, eu égard à leur moyenne d’âge, sont pourtant plus proches de la maison de retraite que de l’école primaire. 


Mercredi, le CESE a annoncé sa décision de « se saisir sur la question de la fin de vie », une « pétition de plus de 200.000 signatures [circulant] actuellement, adressée nominativement au conseil »

Qu’est-ce qui pèse le plus lourd ? 200.000 signatures pour l’euthanasie ou 700.000 signatures contre le mariage pour tous ? 

200.000 citoyens de gauche ou 700.000 citoyens de droite ? 

200.000 copains ou 700.000 adversaires ? 


Car, évidemment, chacun se souvient de cette pétition de février 2013, portée en procession solennelle au CESE par tout un aréopage de militants de la Manif pour tous, les mains pleines de cartons encombrants et les têtes d’illusions candides sur l’exercice de la démocratie en France, écartée aussi sec du revers de la main.


Chacun se souvient aussi – honneur à lui -, de la démission fracassante de l’un des membres, Jean-François Bernardin (ancien patron de l’assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie), après la décision du CESE de rendre irrecevable la pétition :

 « On se ridiculise et on insulte les 700.000 pétitionnaires que l’on balaie d’un trait de plume […], il s’agit de la première pétition qui rassemble autant de monde dans notre pays. »
  http://www.bvoltaire.com Chacun se souvient, enfin, de cet embarrassant courrier, adressé le jour même du dépôt des pétitions, par le président du CESE, Jean-Paul Delevoye, au Premier ministre de l’époque, Jean-Marc Ayrault, que l’on pouvait résumer, peu ou prou, en trois mots : « On fait quoi ? »

Chacun a sans doute oublié, en revanche, – s’il l’a jamais su – la chute de cette histoire, aussi tardive que discrète : en juin 2014, « le tribunal administratif de Paris a donné raison […] à la Manif pour tous contre le Conseil économique, social et environnemental (CESE) qui avait rejeté la pétition citoyenne demandant son avis sur la réforme du mariage » (La Croix).

Une victoire pour le symbole et pour la gloire. La loi dite du « mariage pour tous » était passée depuis plus d’un an, rendant de facto cette revanche caduque.

Dimanche, dans le JDD, Patrick Bernasconi, successeur de Jean-Paul Delevoye, est revenu sur cette pétition piétinée, ce « rendez-vous manqué », comme il dit pudiquement, expliquant avec un ingénu toupet et sans s’étouffer, qu’à « l’époque », le « CESE était dans l’impossibilité juridique d’y répondre ». Ah bon ? Parce que le tribunal administratif, c’est quoi ? Une instance en chocolat ?

Comme il y a des citoyens de plume et des citoyens de plomb, il y a des décisions de justice que l’on porte aux nues et d’autres que l’on peut faire mine de ne pas les avoir lues ?


En janvier dernier, le même JDD avait évoqué le même CESE dans un article intitulé sans détour « Enquête sur la gabegie au sein de la troisième assemblée de la République. ». En ces temps de rigueur forcée, le sujet présente indiscutablement un certain intérêt, non ?

Comme le demande finement sur son compte Twitter Maître de Beauregard, l’un des avocats de la Manif pour tous, si une pétition rassemblant 200.000 signatures demandait sa dissolution, cette « troisième assemblée » y porterait-elle attention ?


Chiche ! On peut essayer ?

GEORGES SOROS ET LE GRAND REMPLACEMENT ........

20 novembre 2017
En octobre dernier, le gouvernement hongrois a accusé George Soros de vouloir diluer l’Europe par un afflux de migrants.

 Georges Soros est sorti de son silence pour commenter cette déclaration.


Critiqué par les autorités hongroises en octobre dernier pour ses projets portant sur l'avortement, l'euthanasie, le mariage homosexuel ainsi que l'accueil de migrants en Europe, le milliardaire américain Georges Sorosn'a abordé ce sujet qu'aujourd'hui dans une interview téléphonique accordée au journal Financial Times.


Le milliardaire a notamment qualifié les accusations portées à son endroit de «tentative» pour semer le doute parmi les électeurs et pour détourner leur attention des élections parlementaires qui se dérouleront en avril 2018.
«Le fait que le gouvernement tente de se maintenir au pouvoir en inspirant de la haine et en trompant la population est une véritable tragédie pour la Hongrie», a-t-il déclaré.
Le milliardaire a en outre publié une déclaration sur son site officiel dans laquelle il reproche au gouvernement hongrois de nombreux mensonges.
«Des altérations de la vérité et des mensonges éhontés à mon égard se multiplient en Hongrie.
 La vérité est là», a-t-il indiqué sur son compte Twitter.

En octobre dernier, le député de l'Assemblée hongroise et membre du parti au pouvoir Fidesz András Aradszki avait comparé le milliardaire américain George Soros à Satan.

Selon lui, il veut «diluer l'Europe chrétienne» en utilisant les migrants arrivant sur le continent.
En outre, le gouvernement du Premier ministre Viktor Orban a entrepris, depuis le 1er octobre, de consulter les Hongrois sur le «Plan Soros».
La formule désigne pour Budapest le projet supposé de l'homme d'affaires de faire accepter l'arrivée d'«au moins un million de migrants» par an dans l'UE. 

Au début du mois d'octobre, 8 millions de lettres ont été envoyés aux Hongrois pour leur expliquer le contenu du prétendu plan Soros.
Depuis 2015, George Soros appelle l'Europe à ouvrir ses portes et accueillir plus de migrants, notamment «au moins un million de demandeurs d'asile par an dans un avenir proche». 

Cependant, les autorités hongroises ne partagent pas ce point de vue.

ESCLAVAGE EN LIBYE ! DÉNONÇONS LES RESPONSABLES .....;

20 novembre 2017
L’Occident se rend à l’évidence: le chaos qu’il a créé en Libye par son intervention militaire de 2011 a les pires conséquences: trafic d’esclaves et développement de l’islamisme radical.

Si l’on constate un début de prise de conscience, elle restera insuffisante tant que les vrais responsables de cette tragédie ne répondront pas de leurs actes.
Le cas de la Libye est désormais un cas d'école —d'école néocoloniale, faut-il le préciser?— . Il s'agit d'un échec occidental considérable.
En mars 2011, l'Otan lance une intervention militaire contre la Jamahiriya libyenne de Mouammar Kadhafi


 Un viol de la souveraineté d'un pays, outrepassant le mandat onusien accordé sous prétexte «d'intervention humanitaire» qui aboutira à l'assassinat sauvage de Kadhafi, de milliers de Libyens et d'autres Africains. 

Ce pays était l'un des plus prospères sur le continent africain: il accueillait un grand nombre de migrants d'Afrique et même de l'UE et pratiquait une politique sociale assez unique.

Tout cela est du passé.
Il est maintenant détruit et connaît l'une des pires formes de «somalisation» qui puissent être.

 La Libye actuelle, si on peut encore parler de Libye, est devenue une plaque tournante de trafics en tout genre, notamment d'êtres humains. 
Et l'un des hauts lieux du terrorisme salafiste international. 
Un pays que chaos, racisme et extrémisme caractérisent, comme le démontrent les dernières révélations des médias mainstream.

Tout récemment, ce qui se disait déjà depuis longtemps dans les médias alternatifs a été confirmé par la chaîne étasunienne CNN, probablement car l'évidence était devenue impossible à cacher: l'existence d'un sinistre système de marchés d'esclaves sur le territoire libyen. 

En effet, des ressortissants d'Afrique subsaharienne transitant par la Libye pour tenter d'arriver en Europe et y trouver une vie meilleure, venant le plus souvent de pays se trouvant toujours sous mandat occidental, car vous n'y trouverez pas de Sud-Africains, d'Angolais ou de Namibiens (ceux que l'URSS avait soutenus en son temps), sont vendus quelques centaines de dollars par des extrémistes salafistes —les mêmes sur lesquels l'Otan s'est appuyés pour éliminer Kadhafi.

C'est une honte. Pour ne pas revenir sur des sujets précédemment traités, à savoir que la Russie et certains autres pays responsables ne permettront certainement plus au Far-West d'agir impunément, parlons justement de responsabilité.
Un millier de personnes est descendu dans les rues de Paris pour manifester; notamment devant l'ambassade de Libye. 
C'est bien, mais est-ce suffisant? Probablement pas. 

Car tous les responsables de la tragédie libyenne doivent rendre des comptes et notamment l'ex-président Nicolas Sarkozy ou encore le «philosophe» de guerre Henri-Levy, alias BHL (persona non grata en Russie), tous deux de grands «artisans» de la guerre contre la Libye.
Quant à la Libye, personne ne peut aujourd'hui dire quand est-ce qu'elle pourra retrouver ne serait-ce qu'une partie de sa stabilité d'antan. 

Personne. De plus en plus de Libyens regardent de nouveau en direction de Moscou, mais aussi de Pékin pour tenter de sauver la situation de leur pays. 
Rien n'est à exclure.

Mais pour commencer, il faudra déjà éliminer les intérêts occidentaux responsables de ce chaos et les extrémistes salafistes, alliés par excellence de cet Occident politico-médiatique irresponsable.
source

BRETAGNE: GUICHEN LANCE SON BUDGET PARTICIPATIF ......



La commune de Guichen lance son premier budget participatif


guichen


21/11/2017 – 06h50 Guichen (Breizh-info.com) –  En 2018, Les habitants de Guichen et de Pont-Réan (les deux communes ayant fusionné) vont pouvoir participer à une expérience de budget participatif. 
Certes, ils ne seront maîtres que d’1% du budget investissement, soit 20 000 € , mais cette nouvelle initiative apparaît comme un test en matière de démocratie participative.

Cette somme sera consacrée au financement de projets proposés par les habitants, qui auront été soumis au vote des habitants.

 Les projets lauréats seront mis en œuvre par la Ville.

COMMENT ÇA MARCHE ?
Etape 1 : Le citoyen propose

Du 10 novembre au 31 janvier

A titre individuel ou collectif (association, classe, groupe de voisins, famille…), à partir de 10 ans et sans condition de nationalité, tous les habitants peuvent pro­poser leur idée. 

Attention elle doit respecter certains critères et ne pas dépasser 20 000 €.


Les projets , pour être validés, doivent toutefois reposer sur des critères qui sonnent souvent bien creux :
– Le vivre-ensemble ; – L’intergénérationnel ; – La culture ; – La citoyenneté ; – Le développement durable.
Pour faire votre proposition, il suffit de remplir ce formulaire !



Etape 2 : La collectivité étudie

Du 1er février au 31 mars

Les dossiers seront vérifiés par le Comité Restreint Agenda 21 (instance composée d’élus, d’agents municipaux et d’habitants) pour s’assurer notamment du respect des critères (coût, intérêt collectif…). 
Les dossiers seront ensuite analysés par les services municipaux pour constater leur faisabilité sur les plans technique, financier et juridique.
Si le projet passe ces étapes, il pourra être soumis au vote des habitants !



Etape 3 : Vous défendez votre projet

le 20 avril à 20h30

Il va falloir présenter et même le défendre pour qu’il soit retenu par les habitants. Cela se déroulera à l’Espace Galatée : en fin de soirée, les visiteurs pourront, tout comme l’ensemble des habitants présents, mettre leur bulletin dans l’urne pour choisir le projet qu’ils veulent voir réaliser .


Ceux qui n’auront pas pu venir découvrir «en live» les projets, pourront le faire du 23 avril au 24 mai : des panneaux d’exposition seront installés aux abords de la mairie.


« Pour mettre toutes les chances de votre coté, pensez à faire la promotion de votre projet auprès de votre entourage et utilisez les réseaux sociaux » expliquent les initiateurs.



Etape 4 : Les habitants votent

du 20 avril au 24 mai

Ce sont eux qui décideront lequel (ou lesquels, dans la limite de 20 000 €) sera réalisé, en votant pour le projet qu’ils préfèrent.

Chaque habitant, à partir de 10 ans, pourra voter une seule fois pour un seul projet.

 Le projet qui remportera le plus de points sera réalisé par la Commune. Une urne sera installée à la Mairie et une autre à l’agence postale de Pont-Réan.
Le vote sera également possible en ligne



Etape 5 : L’annonce du projet lauréat

le 25 mai

L’annonce du ou des vainqueurs aura lieu sur la place Georges Le Cornec, puis en ligne sur ce site et sur la page Facebook Ville de Guichen Pont-Réan.

Le dépouillement aura lieu en direct à partir de 18h.

La réalisation des projets sera engagée à partir de septembre 2018 et au plus tard l’année suivante.

Les lauréats seront associés à la réalisation du projet pour en découvrir les différentes étapes.


Crédit photo : DWikimedia commons (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

NANTES, CLANDESTINS , SQUAT ET EXTRÊME GAUCHE .....



Nantes. La tentative de squat de l’extrême gauche pro migrants a fait flop


nantes
 20/11/2017 – 11h00 Nantes (Breizh-info.com) – Samedi, un collectif d’extrême-gauche pro-migrants a occupé l’ancienne école des Beaux-arts située au coeur de Nantes, dans le but de fournir un logement aux nombreux clandestins qui arrivent dans la cité des Ducs. 

Dès dimanche après midi, la police a fait évacuer les lieux.


Samedi, un collectif dénommé «Justice pour les jeunes isolés étrangers» se rassemblait place du Bouffay à Nantes pour demander l’ouverture des frontières, la fin des tests osseux – qui permettent de déterminer qu’une majeure partie des « mineurs » qui entrent en France sont en fait majeurs – et le logement aux frais du contribuable de tous les vrais-faux mineurs actuellement dans la rue ou en squat (près de 500).

La manifestation s’est dirigée vers l’ancienne école des Beaux-Arts, en plein centre – entre les rues de Briord et du Moulin, à deux pas de la mairie ; vers 16h40 près de 150 militants ont pénétré sans effraction dans les lieux et les ont occupés. 

D’autres ont ramené des duvets, des matelas, des couvertures, du ravitaillement, des vêtements chauds, du café et des réchauds en début de soirée et ce matin.

Sur la page Facebook de Nantes Révoltée, un commentaire d’une participante à l’occupation précise : « nous étions pas très nombreux mais beaucoup de jeunes très efficaces…ces grands bâtiments vides depuis janvier avec électricité et chauffage ont été réquisitionnés pour tous les jeunes mineurs exilés dont un grand nombre sont dans la rue par ce froid qui arrive. Des étudiants des universités et des écoles d archi entre autres ont apporté des matelas et organisé un repas pour tous afin de passer la soirée tous ensemble ».

Une galerie de photos a été mise en ligne par la photographe quasi-officielle des luttes d’extrême-gauche locales, ValK (Valérie Kerleau), née en 1970, qui a d’ailleurs étudié au très bourgeois collège-lycée Blanche de Castille (1981-1988) et à l’école des Beaux-Arts de Nantes (1992-1993).


L’action était visiblement préparée. Un tract, sobrement intitulé « on investi les lieux » (sic) pastiche l’affichage officiel de la ville de Nantes sur les lieux à réinventer en informant que « l’ancienne école des Beaux-Arts devient l’Univers Cité, une galaxie de jeunes exilé.e.s et d’étudiant.e.s », écriture inclusive et périphrases de rigueur, les exilés désignant dans le langage de l’ultra-gauche les clandestins. « A partir de maintenant, place Dulcie September (derrière les galeries Lafayette, nous voilà). Univers ouvert toute la nuit et pour la vie ».


Les occupants se sont fendus d’un communiqué qui vise à regrouper les luttes contre la sélection à la faculté (toute relative du reste), la loi Travail et l’expulsion des clandestins (non moins relative puisque selon la Cour des Comptes 96% des obligations de quitter le territoire français prononcées ne sont pas mises en œuvre). « Au printemps 2016 lors des manifestations contre la loi travail, la composante étudiante a montré sa détermination à résister à la politique totalitaire du gouvernement français. A l’automne 2017, nous continuons à lutter face au même système et notamment contre les politiques impérialistes occidentales », affirment ainsi les occupants.


Pour eux, l’Univers-Cité a une vocation d’éducation et d’intégration : « il faut faire les démarches pour que chaque personne expatrié-e en âge d’être scolarisé-e, qui suivait des études dans son pays ou qui a besoin de cours de langues et de formations, ait accès à ces droits. Dans plusieurs villes en France, un certain nombre de personnes soutenues par des collectifs [d’extrême-gauche] ont ainsi pu s’inscrire dans un cursus scolaire ou universitaire. Les “Univers-cité” ont l’intention d’aller au delà de ces apprentissages qui ont pour objet de s’intégrer au système économique et social actuel ».

« Nous lançons donc les “Univers-cité” car nous souhaitons rassembler nos énergies en créant des lieux de vie. « Univers-cité », c’est l’envie de réunir des personnes et leurs envies dans un même lieu, pour se le réapproprier et le faire vivre, et nous faire vivre : d’échange, d’apprentissage mutuel et d’activités autogérées ; communément par des jeunes en demande d’asile et des étudiant-e-s. » Bref, c’est un squat, pas à vocation artistique, mais éducative. 


Objectif : loger des migrants, des militants d’extrême-gauche et créer une zone de non-droit – enfin « autogérée » en plein centre-ville, comme à Rennes avec la salle de la Cité, rendue dans un état déplorable et fermée pour travaux jusqu’en 2019.


Europe-Écologie les Verts 44 a soutenu cette occupation dans un communiqué ce dimanche 19 au matin : « En mettant des jeunes étrangers à l’abri dans l’ex-école des Beaux-Arts, des dizaines d’étudiants montrent la voie de la solidarité à la ville de Nantes qui fait appel à la créativité des Nantais. Des lieux vides existent et l’installation de jeunes dans cette ancienne école des Beaux-Arts le prouve. EELV demande que l’État et la Ville les réquisitionnent pour héberger toutes celles et ceux qui en ont besoin ». Cependant EELV44 ne s’engage pas à fournir l’argent nécessaire.


Dimanche matin, l’extrême-gauche espérait s’installer dans la durée dans l’ancienne école des Beaux-Arts : « une expulsion manu militari reste à craindre, mais à priori c’est lundi matin que les élus de la mairie vont discuter de notre sort ». 

Mais l’école a été cernée par la police et deux compagnies de CRS vers 14h30. L’intervention a commencé un quart d’heure plus tard. La page Facebook du lieu occupé a été suspendue en début d’après-midi. 

Deux jeunes squatteurs ont été évacués vers l’hôpital : l’un a fait une crise d’épilepsie, l’autre s’est foulé la cheville en voulant échapper à la police, un troisième a été blessé en essayant de s’opposer à la police.


Une quarantaine de personnes issues de l’ultra-gauche et six clandestins soi-disant « mineurs » étaient alors dans les locaux pour une assemblée générale. Vers 15h15 la police contrôle l’ensemble des bâtiments, tandis que plusieurs cordons de CRS, rue des Trois Croissants, rue du Moulin, rue Fénelon, bloquent le quartier et les issues possibles, tenant éloignés quelques manifestants d’extrême-gauche qui protestaient ainsi que d’autres qui apportaient des matelas et du ravitaillement pour le squat. 

Des agents des services techniques de la ville de Nantes sont arrivés dans les locaux pour évaluer les dégradations et les murer. 
Mis à part un militant de l’ultra-gauche déjà défavorablement connu des forces de l’ordre, qui a été interpellé, les autres occupants ont été libérés sans contrôle vers 16 heures, ainsi que les six clandestins.


La mairie a annoncé de son côté qu’elle saisissait le Ministère de l’Intérieur et mettait à disposition 10 logements d’urgence à disposition de l’Etat. Le maire socialiste Johanna Rolland rappelle dans son communiqué que « la situation des migrants constitue une préoccupation constante pour la Ville et les élus municipaux […] Depuis l’automne 2015 la Ville a doublé le nombre de places du centre nantais d’hébergement des réfugiés qu’elle gère pour le compte de l’Etat. Elle a soutenu systématiquement les candidatures des opérateurs pour l’ouverture de CADA et facilité l’accès à des logements dans le parc social ».

 Si les sans-logis locaux bénéficiaient d’autant de sollicitude, il n’y aurait plus de SDF depuis longtemps dans les rues nantaises…


Dans la soirée le FN de Loire-Atlantique réagissait favorablement à l’évacuation de l’ex-école des Beaux-Arts dont il se « satisfait ». 

Il relève que « sur place, le Front national de Loire-Atlantique est venu ce dimanche apporter son soutien aux forces de l’ordre, qui ont essuyé des insultes de la part de militants d’extrême gauche en procédant à l’évacuation de l’immeuble » et « condamn[e] par ailleurs la priorité étrangère accordée par la municipalité nantaise, qui vient de débloquer 10 logements pour ces migrants, tandis qu’un Français doit attendre en moyenne 2 ans avant d’obtenir un logement social à Nantes ! ».

Si les militants d’extrême-gauche espéraient créer un mouvement de soutien populaire aux migrants, ils en sont pour le frais : plongés dans la torpeur hivernale, les Nantais sur les réseaux sociaux sont beaucoup plus intéressés par la passe d’armes médiatique entre le FC Nantes et Domenech sur les résultats du match PSG-FC Nantes.


Un appel aux dons pour financer l’installation durable de clandestins à Nantes

Non contente d’occuper des locaux jusqu’alors en bon état au centre de Nantes, l’extrême-gauche a aussi lancé une cagnotte pour récolter de l’argent afin d’installer dans la durée les clandestins dont elle a la charge ; sur 8000 €, 2650 ont été récoltés

L’argent est censé servir aux démarches administratives « 285€ par jeune », à acheter des vêtements, des produits d’hygiène, des tickets de transport, à procurer des loisirs (!) et à servir 160 repas par jour – avec des coûts relativement modérés puisqu’un « réseau de ravitaillement des luttes », dit « réseau Cagette » a été mis en place en lien avec la ZAD ainsi que des récupérations régulières d’invendus sur les grands marchés. 

Cette collecte s’ajoute par ailleurs aux nombreuses subventions dont bénéficient les associations « humanitaires » qui préfèrent aider les pauvres venus clandestinement d’ailleurs plutôt que ceux d’ici.


Louis Moulin



Crédit photo : DR
Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.




 
Les misérables atermoiements et la faiblesse pathologique du gouvernement à l'égard des djihadistes et de leurs familles partis servir Daesh sont consternants et irresponsables. 
La mesure d'interdiction de territoire national doit être systématique pour tous.